Barbara Pravi se livre sur les violences conjugales dont elle a été victime

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Barbara Pravi était l’invitée de l’émission « C à Vous » sur France 5, ce jeudi 2 septembre. À 28 ans, la chanteuse s’est confiée sur les violences conjugales dont elle a été victime, et sur sa thérapie : écrire des chansons.

Barbara Pravi est la chanteuse qui a représenté la France à l’Eurovision en mai dernier. Elle a réussi l’exploit de se hisser en 2e position du classement, grâce à son titre « Voilà ». Une distinction qui lui a valu les félicitations du président de la République, Emmanuel Macron, sur Twitter. « Un grand bravo et merci Barbara Pravi de réaliser ce rêve fou. Ce rêve fou d’une jeune fille aux yeux noirs. Ce rêve fou de faire briller la France à l’Eurovision », avait-il écrit. Ce 27 août dernier, c’est un autre rêve que la jeune femme réalise en sortant son premier album : « On n’enferme pas les oiseaux ». Pour l’occasion, elle était l’invitée de l’émission « C à Vous » ce jeudi 2 septembre. Elle y a abordé un sujet encore douloureux. 

« Réussir à mettre des mots sur des émotions »

Parmi les chansons que Barbara Pravi a composées pour ce nouveau disque, on retrouve « Malamour ». Un titre émouvant, dans lequel elle évoque les violences conjugales dont elle a été victime. « J'ai le malamour, le malamour / Souvenir des coups qu'on prend pour des caresses / J'ai le malamour, le malamour / C'est un amour aveugle et sourd qui blesse », disent les paroles. Si les faits se sont déroulés il y a cinq ans, il a fallu du temps à la brune de 28 ans pour réussir à en parler. « En réalité, je crois qu'il faut un temps pour réussir à mettre des mots sur des émotions qui sont très très mélangées et très...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles