Barbie est-elle (vraiment) devenue une icône féministe ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un film Barbie en version live ? C'est ce pari fou qu'a tenu la réalisatrice Greta Gerwig, célébrée pour ses longs-métrages Lady Bird et Les quatre filles du Dr March. La superpopulaire poupée aux cheveux de blé aura donc les traits de la toujours étonnante Margot Robbie, actrice aux performances volontiers badass (Moi, Tonya, Birds of Prey). La première image qui vient de tomber est aussi déconcertante que prometteuse.

Mettre en scène une Barbie en chair et en os dans un decorum rose bonbon mais non moins réaliste, et surtout une Barbie féministe, voilà ce que semble proposer Greta Gerwig. Une idée singulière tant la portée militante du célèbre jouet n'est pas si évidente que cela à première vue. Doux euphémisme.

Sexisme ? Engagement bien réel ? Féminisme de façade, mercantile et opportuniste ? Bien des qualificatifs paradoxaux émergent quand il s'agit d'évoquer l'histoire de cette chère Barbie. On récapitule.

Une évolution très remarquée

Barbie vient de loin : elle a plus de 60 ans. C'est Ruth Handler, épouse de l'un des grands patrons de l'entreprise Mattel, qui l'imagine en 1959. La fille du couple s'appelle Barbara, la poupée s'intitulera Barbie, c'était écrit. Déjà, le jouet arbore ses signes caractéristiques : chevelure blonde, jambes longilignes, peau blanche, accessoires précieux, marqueurs féminins très ancrés - d'aucuns diront "irréels". Au sein des contestataires sixties, on s'interroge volontiers sur l'image que Barbie renvoie de la femme - et de son corps.

"La silhouette de Barbie ce sont des proportions humainement impossibles, comme la longueur de ses jambes et de son cou, mais aussi une vision beaucoup trop standardisée du corps féminin", déplore la professeure de psychologie Sharon Lamb, relate le magazine Madame Figaro.

Canons et diktats semblent encombrer le jouet. "En réalité, le problème n'est pas un bout de plastique haut de 28 cm. Le problème est dans notre culture et l'idée que... Lire la suite sur le site Terrafemina

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles