Barmaid, chanteuse, DJ, danseuse..Leur métier, c'est la fête!

Pendant que nous célèbrerons l'arrivée de 2020, une coupe de champagne à la main, d'autres seront en train de travailler. Outre les secteurs où l'activité ne s'arrête jamais (santé, sécurité, transports..), de nombreux professionnels seront également sur le pont, en ce 31 décembre, dans un esprit plus festif. Artistes et techniciens du monde du spectacle - soit près de 200.000 personnes*, deux fois plus qu’il y a 20 ans -, employés dans la restauration, l'hôtellerie ou l’univers de la nuit, qu’ils soient sur scène, en salle ou en coulisses, la soirée du 31 décembre demeure une date singulière.Tout doit être parfait, et avec le sourire! Quant aux régions de France** où l'on travaille le plus le dernier jour de l'année, le trio de tête regroupe l'Ile de France (26,4%), PACA (13,7%) et Auvergne Rhône-Alpes (12,9%), qui comptent une forte concentration d'emplois dans la restauration et l'hôtellerie. *Source : "Tendances de l’emploi dans le monde du spectacle ", Ministère de la Culture, 2014; ** Sondage Qapa Interim, 2016.

"Tout le monde est dans un esprit bienveillant": Louise de Ville, danseuse burlesque

Le 31 décembre est une date très importante dans mon calendrier professionnel. Depuis 15 ans, je n’en ai raté aucun. J’ai joué dans des théâtres, des cabarets, ou - comme l’an passé - sur un paquebot, au milieu de la Mer Baltique pour une croisière. Cette année, je serai à Zurich, en Gatsby dans une coupe de champagne. J’adore travailler cette nuit-là. Mon métier, c’est d’inspirer le rêve, de donner le sourire et ce soir là, tout le monde est dans un état d’esprit positif, bienveillant. Les gens consacrent un budget important à cette soirée, ce qui permet aussi d’avoir des costumes plus travaillés, avec des plumes, du strass. Une fois, j’avais même une coiffe enflammée! louisedeville.com

"Mon travail, c'est de créer du lien": Jennifer Le Nechet, barmaid au bar Mino, à Paris

J’ai travaillé plusieurs fois le 31, notamment au Café Charlot, à Paris. Sur le moment, c’est un peu

(...) Cliquez ici pour voir la suite