Bataclan : un couple raconte comment ils ont traversé cette épreuve ensemble

·2 min de lecture

Le 13 novembre 2015, Pierre retrouve deux amis devant le Bataclan. Dans la salle de concert, quand les terroristes ouvrent le feu, il est touché. Il ne pourra plus jamais marcher. Sa compagne, Myriam, fait le choix de rester à ses côtés et de continuer à célébrer la vie.  

« Je me souviens de n’avoir pensé qu’à Myriam pendant ce temps-là, et ça aurait été con que ce soit la dernière fois », se remémore Pierre. « Ce temps-là », auquel il fait référence dans une vidéo de Brut., c’est l’attentat du Bataclan, le soir du 13 novembre 2015. Présent au concert des Eagles of Death Metal et touché « quasiment immédiatement » lors de l’attaque, le jeune homme fait un black-out et se réveille à l’hôpital. Myriam, sa compagne, a vu les informations et a même essayé de l’appeler. Elle se rue à l’hôpital où elle rencontre – pour la première fois – la famille de Pierre.  

« Au moment où je rentre dans la chambre d’hôpital et où je vois Pierre, je sais que ça va bien se passer, quelque part » raconte-t-elle. Le jeune homme est en vie, mais il ne pourra plus marcher, il devra désormais se déplacer en fauteuil. À ce moment-là, « on essaie d’évaluer l’échelle de l’engagement qu’on prend », explique Myriam. La jeune femme choisit de rester et d’avancer avec Pierre. C’était il y a cinq ans.  

Lire aussi >> Terrorisme : les proches, victimes par ricochet 

Entre-temps, Pierre et Myriam se sont mariés, ont monté une association et ont sillonné le monde. « On a développé une empathie l’un envers l’autre qui est quand même assez rare. Je pense qu’on se comprend beaucoup mieux et beaucoup plus facilement que d’autres personnes qui n’ont pas vécu ça, constate Myriam. Je ne...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles