Bayonne : nos idées pour une visite festive et gourmande

A la confluence de l’Adour et de la Nive, Bayonne a longtemps été une place forte, comme en témoignent ses remparts et ses bastions édifiés par Vauban. Aujourd’hui, l’idéal est de la découvrir un dimanche lorsque les étals des maraîchers, fromagers, ostréiculteurs, vignerons et charcutiers occupent les quais de la Nive. Pour commencer, prenons un encas chez Taloka. Installés sous les halles en fer forgé, Iban et Hugo redonnent vie au taloa, une galette de maïs que les marins basques ont rapporté du Mexique. Venu lui aussi d’Amérique, "le chocolat fume aux terrasses", s’enthousiasmait Colette. Alors, entrons dans l’une des chocolateries de la rue Port-Neuf ou chez Monsieur Txokola pour voir la torréfaction des fèves et humer le parfum profond du chocolat lorsqu’il est prêt à être moulé.

A Bayonne, les amateurs de bonne chère, mais aussi de golf, de surf, de chant, de courses taurines, mais aussi de pelote ou d’aviron se regroupent en peñas (clubs d’amis) qui ont pignon sur rue, notamment rue des Basques. Verts, rouges, bleus, des milliers de volets égayent ces ruelles étroites et commerçantes. Grimpons jusqu’à la cathédrale au milieu de maisons à pans de bois et d’immeubles décorés de fer forgé. Déambulons dans le cloître que les corporations de marchands ont occupé dès le Moyen Age et admirons dans la nef les joueurs de daf (un grand tambour) et de cabrette (genre de cornemuse) qui animent le portail sculpté du jugement dernier. Pour mieux connaître ces musiques et traditions, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles