"Le Bazar de la charité" : TF1 a-t-elle plagié le roman de Gaëlle Nohant? L’autrice nous répond

"Evénement" : c’est ainsi que TF1 présente Le Bazar de la charité, la mini-série en huit épisodes de 52 minutes qu’elle s’apprête à diffuser à partir du lundi 18 novembre 2019 (et qui sera disponible sur Netflix dans le monde entier). Josiane Balasko, Audrey Fleurot, Julie de Bona, Camille Lou ou encore Gilbert Melki sont à l’affiche. Le pitch ? A Paris, le 4 mai 1897 un incendie ravage en quelques minutes le Bazar de la Charité, l’édifice qui abrite la plus mondaine des oeuvres de bienfaisance de l’époque. Plus de cent vingt personnes périssent dans l’incendie. Il s’agit surtout de femmes de la haute société et de leur dame de compagnie. La série va suivre trois d’entre elles, Adrienne De Lenverpre, Alice De Jeansin et sa bonne Rose Rivière. "Usurpation d’identité, amours interdites, changement radical de vie, émancipation, cette mini-série nous plonge dans la société parisienne de la fin du XIXe siècle, en suivant le destin romanesque de ses trois héroïnes", précise TF1 dans son dossier de présentation.

Le hic, c’est que le scénario ressemble très étrangement à l’intrigue du roman de Gaëlle Nohant, La part des flammes, paru chez France Loisirs en octobre 2014, puis aux éditions Héloise d’Ormesson le 19 mars 2015, et au Livre de Poche en 2016 (552 p., 8,70 €). Les similitudes entre le schéma narratif de la série de TF1 et ce roman sont telles que ses lecteurs ont immédiatement pensé qu’il s’agissait d’une adaptation. Eh bien pas du tout. Gaëlle Nohant a posté un message pour le moins ironique sur Twitter visant à détromper ses lecteurs : "Comme vous êtes nombreux à me féliciter pour l'adaptation de La Part des flammes... La série Le Bazar de la charité n'est pas l'adaptation de mon roman, et ce serait pure coïncidence si le pitch de la série (3 femmes dont la vie est bouleversée par l'incendie) est le même."

Derrière l’emploi du conditionnel ("ce serait pure coïncidence") se devine l’agacement de Gaëlle Nohant. "Le pitch de la série de TF1 est similaire à celui de mon

(...) Cliquez ici pour voir la suite