BDSM : qui sont vraiment les adeptes qui le pratiquent en France ?

E.R.
·2 min de lecture

Non, le BDSM n'est pas seulement un fantasme masculin pratiqué par les plus âgés. Les femmes et les jeunes, eux aussi, s'intéressent au bondage et aux pratiques sadomasochistes soft, selon une analyse de la clientèle du site Dèmonia, spécialisé dans le domaine depuis plus de 30 ans.

Dans l'imaginaire collectif, le BDSM (bondage, discipline, sadomasochisme) et les pratiques fétichistes sont plutôt l'apanage des hommes et des seniors. Pourtant, les masques, menottes et cravaches s'invitent désormais volontiers à la fête auprès des femmes et des jeunes. C'est ce que révèle un sondage effectué auprès de sa communauté d'acheteurs par le Dèmonia, site spécialisé dans le fétichisme et le BDSM depuis plus de 30 ans.

Les jeunes et les femmes de plus en plus attirés par ces pratiques

Aujourd'hui, en effet, 40 % de ses clients sont des femmes, contre 34 % en 2017. De même, si la majorité des acheteurs ont entre 35 et 54 ans, les 18-34 ans représentent 47 % des consommateurs de ce type d'accessoires et les 18-24 ans 19 % à eux seuls. Une démocratisation pour l'univers fétichiste que Daniel Salem, dirigeant de Dèmonia, explique par divers facteurs. Côté féminin, ce serait « la popularisation du sex-toy, associée à la migration des sexshops en ligne » qui aurait « brisé les dernières digues qui freinaient l'arrivée des femmes dans cet univers ». Pour la jeunesse, en revanche, l'entrepreneur analyse cette appétence pour le BDSM soft comme « une volonté de sortir d'un système qui ne leur correspond pas ». Cela passerait par « l'adoption de codes plus punk, qui s'accordent bien avec l'univers fétichiste. On voit d’ailleurs de plus en plus de jeunes femmes sur Internet qui tatouent ou percent leur corps, ainsi...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi