"Il y a beaucoup de chanteurs qui ont beaucoup moins" : Sloane dévoile le montant de sa retraite

Ce mardi 31 octobre 2023, Jordan De Luxe a reçu Sloane sur le plateau de son émission. La chanteuse - qui a marqué la chanson française dans les années 80 avec son tube Besoin de rien, envie de toi, co-interprété par Jean-Pierre Savelli, alias Peter - a été invitée à remonter le fil de sa carrière. Au cours de l'entretien riche en anecdotes ont notamment été abordés des sujets douloureux, comme le harcèlement dont a été victime sa fille ("Elle a changé d'école tout les ans. On lui disait : 'Ta mère est une chanteuse, une p*** !' Elle pleurait tous les jours. Elle se serait suicidée !") ou encore son encore le décès de ses soeurs ("Elles sont parties toutes les deux le jour de leur anniversaire, et j étais en gala pour les deux ! Ma grande soeur, j'ai été la voir trois jours avant. Elle était presque partie. Pour moi, elles existent toujours").

Contrairement à d'autres artistes, Sloane ne freine pas des quatre fers quand on aborde la question de ses revenus. "Je n'ai rien à cacher du tout. Je travaille beaucoup dans des galas et j'ai la SACEM en tant que compositrice, a-t-elle répondu sans langue de bois à Jordan De Luxe. Je touche exactement 2400 euros. Il y a beaucoup de chanteurs qui ont beaucoup moins. J'ai tout déclaré". Si elle a été très présente sur le petit écran au milieu des années 80, la chanteuse a expliqué n'avoir jamais rien touché de ces prestations-là : "Les télés ne payaient rien. A l'époque, c'était comme ça". (...)

Lire la suite sur Closer

Assassinat de Cristina Mazzotti : rebondissement de taille 49 ans après l’enlèvement de la lycéenne
Elizabeth II : pourquoi la femme qui s’occupait de ses soutiens-gorge a été débarquée avec fracas
Elle embauche une jeune fille au pair sans se douter qu’elle signe ainsi son arrêt de mort
Charlene de Monaco : “Pas rare que…”, les indiscrétions de Camille Gottlieb sur l’espièglerie de la petite Gabriella
Disparition de Lina, 15 ans, dans le Bas-Rhin : cette unique "certitude" qui pourrait faire avancer l’enquête