Quand Roschdy Zem racontait ses premières années dans un bidonville

·1 min de lecture

Des bidonvilles à l'Olympia, où se tiendra la 46ème cérémonie des César vendredi 12 mars 2021, il n'y a qu'un pas... que Roschdy Zem a franchi avec toute l'élégance qui le caractérise. Le comédien a été choisi pour présider ce gala en tant que détenteur du trophée du Meilleur acteur, pour son interprétation dans le polar d'Arnaud Desplechin, Roubaix, une lumière. Mais ce n'est pas la seule distinction qu'a obtenue le papa poule de deux enfants puisqu'il également reçu le Prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes en 2006 pour le film Indigènes. Mais tout comme son ami Jamel Debbouze, Roschdy Zem n'est pas du genre à s'épancher sur sa carrière jalonnée de performances admirables. Une pudeur qu'il tient d'une enfance difficile, étant parqué avec sa famille dans un bidonville près de Nanterre lorsqu'il est arrivé sur le sol français.

Pour autant, l'artiste franco-marocain a tiré beaucoup de forces de cette épreuve, malgré "la misère", comme il expliquait au magazine Gala en août 2019. "Comment vous expliquer ? Je n'en ai jamais souffert. Il y avait beaucoup de joie de vivre, malgré le manque de ressources." Car, à cet âge-là, c'est l'insouciance qui prédomine sur la précarité. "Quand on est enfant, on va se coucher après une journée riche en émotions. Ce sont les adultes qui réfléchissent, angoissent en pensant au lendemain", confiait-il à nos confrères. Pour éviter à leur fils ces conditions de vie indignes, les parents de l'acteur, aidés par le secours catholique, le (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite