Beauté : elle cesse de se démaquiller pendant un mois et vieillit de dix ans !

Souvent, trop crevée, vous « sautez » la case démaquillage, en vous disant qu’après tout, ça n’est peut-être pas si grave. C’est pour cette raison qu’une journaliste du Dailymail a fait l’expérience de ne plus se démaquiller pendant un mois. Résultat ? Sa peau vieillit de dix ans…

Beauté : elle cesse de se démaquiller pendant un mois et vieillit de dix ans !
Beauté : elle cesse de se démaquiller pendant un mois et vieillit de dix ans !

Et si le sempiternel conseil qui consiste à dire qu’il ne faut jamais au grand jamais se coucher sans s’être démaquillée n’était en fait qu’une vaste combine montée par les géants des cosmétiques et les médias féminins dans leur ensemble pour nous faire acheter toujours plus ?

C’est cette question qui a poussé Anna Pursglove, 40 ans, journaliste au Dailymail, à tenter l’expérience. Bien décidée à en avoir le cœur net, elle a ainsi pris la décision de cesser tout démaquillage pendant un mois, sans pour autant changer ses habitudes quotidiennes.
Afin de pouvoir mesurer autrement que par son ressenti les effets sur sa peau, elle s’est au préalable rendue au 3D Cosmetic Imaging Studio où l’on a analysé, à J+0, couperose, pigmentation, dilatation des pores et rides de son visage, et mesuré l’hydratation de sa peau.
Les deux premiers jours, Anna a ressenti peu d’effets. S’octroyant un rapide nettoyage matinal sous la douche, et une couche de crème hydratante, elle a recouvert sans réels problèmes sa peau de son cocktail habituel fond de teint-mascara-eye liner.

Ses cils tombent par touffes...

Le troisième jour, pourtant, lorsqu’elle rentre chez elle après une journée harassante qui s’est finie par un laborieux voyage en métro, dans la chaleur, elle doit se retenir de foncer nettoyer sa peau. Le lendemain matin, alors que sa taie d’oreiller commence à accuser le coup, ses yeux la brûlent. Le surlendemain, elle constate l’apparition de kystes blancs autour de ses cils. Quant à sa peau, elle est si sèche et tendue qu’elle lui donne l’impression d’un mur mal plâtré. Ses amis, eux, lui trouvent l’air fatiguée. Les jours suivants, lorsqu’elle croise son reflet, elle a comme deux épais monocils (...)

Lire la suite de l'article sur terrafemina.com