Beauté responsable : le luxe s'engage aussi

·2 min de lecture

Ecoconception, innovations vertes et packagings durables : toute l’industrie se mobilise pour réduire son impact environnemental et garantir un sourcing éthique. Enquête.

Antinomiques de prime abord, les notions de luxe et d’éthique, de fabrication raisonnée ou de responsabilité environnementale sont en réalité naturellement liées. Un constat revendiqué par tous les acteurs du secteur, qui s’accordent pour faire évoluer leurs emballages, cause principale de l’empreinte environnementale des produits cosmétiques. Et le temps presse : la Commission européenne s’est fixé pour objectif que tous les emballages plastiques soient recyclables d’ici à 2030. Le luxe planche donc sur des alternatives, entre nouveaux procédés techniques et matériaux innovants. « Le grand sujet, c’est de réussir à mieux recycler le plastique, confie Patrick Bousquel, directeur marketing et développement chez le fabricant de packs Aptar. Jusqu’à présent, les technologies de recyclage ne permettaient pas de récupérer 100 % de la matière et le plastique recyclé ne présentait pas le même niveau de pureté que le PET (polyéthylène téréphtalate) originel. Il ne pouvait donc pas être mis au contact des produits. En outre, ces procédés n’étaient reproductibles qu’un nombre limité de fois. »

Plastique recyclé, packaging allégé et durable

Mais le polydiketoenamine (PDK) s’apprête à changer la donne. Grâce à une nouvelle technologie de recyclage moléculaire, ce plastique inédit peut être réutilisé à l’infini et sans abîmer la matière. En attendant sa généralisation, l’heure est à l’allégement : chez Dior, le pot de Capture totale C.E.L.L. Energy a par exemple été réduit de 30 %, ce qui permet de générer 40 tonnes de plastique en moins par an ; et L’Oréal (maison mère de Lancôme ou YSL Beauté) a déjà revu sa copie concernant ses flacons et capsules et économisé plus de 5 000 tonnes de matériaux entre 2008 et 2017. Le groupe(...)


Lire la suite sur Paris Match