Quand Belmondo se confiait à Europe 1 : "J'aimerais qu'on dise que j'ai fait rire les gens"

·1 min de lecture

Il avait interprété avec panache une foule de personnages au cours d'une carrière longue de plus de cinquante ans. Il a été le Professionnel, le Guignolo, Pierrot le Fou et surtout le Magnifique. Surnommé affectueusement "Bébél", Jean-Paul Belmondo incarnait le cinéma français et était l'un des acteurs les plus populaires de l'industrie. Il est mort ce lundi à l'âge de 88 ans. "Il était très fatigué depuis quelque temps. Il s'est éteint tranquillement", a précisé son avocat. En 2016, à l'âge de 83 ans et à l'occasion de la publication de ses mémoires, Mille vies valent mieux qu'une (aux éditions Fayard), il s'est confié au micro d'Europe 1. 

Des débuts compliqués

Pour devenir acteur, le parcours n'a pas toujours été facile, particulièrement au début. Alors qu'il réussit le conservatoire, certains lui disent qu'il n'est pas à la hauteur. "Avec la tête qu'il a, il ne pourrait jamais prendre une femme dans ses bras, car cela ne serait pas crédible", avait asséné Pierre Dux, son professeur d'art dramatique. Des commentaires qui ont durement touché l'acteur comme il le racontait à Europe 1, "quand on m'a dit que je ne pouvais pas le faire, je suis rentré chez moi j'avais 16 ans et j'ai pleuré. Mon père m'a dit 'mais pourquoi tu pleures ? Il faut les vaincre'. Et je l'ai fait." 

Jean-Paul Belmondo avait le jeu dans la peau, comme Jean Dujardin et Albert Dupontel, qu'il disait estimer beaucoup. Petit, quand il expliquait à sa mère qu'il voulait être clown, celle-ci répondait qu'il l...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles