Benjamin Castaldi : cette incroyable somme qu’il a dû dépenser à cause de ses divorces

1 / 16

Benjamin Castaldi : cette incroyable somme qu’il a dû dépenser à cause de ses divorces

Loin des plateaux télés, Benjamin Castaldi s’est livré en toute franchise sur son rôle de papa dans le podcast de Télé-Loisirs, Parents d’abord, mercredi 11 mars 2020. Père de trois enfants, nés de deux unions différentes, il assure aujourd’hui regretter de ne pas avoir été “aussi présent” pour ses enfants [Julien, 23 ans, Simon, 19 ans et Enzo, 16 ans qu’il a eu avec Flavie Flamant] : “J'ai quitté ma première femme quand Simon avait 9 mois. Ce sont des choix très égoïstes, on ne va pas se mentir”, a-t-il commencé, “Quand j'ai rencontré Flavie Flament, ça a été un tourbillon médiatique et familial.” Aujourd’hui, Benjamin Castaldi rattrape le temps perdu et tente d’effacer les erreurs du passé. Dans ce podcast, le chroniqueur de Touche pas à mon poste sur C8 est interrogé sur l’important coût financier de ces séparations.

Benjamin Castaldi parle de ses divorces à "plusieurs millions d'euros"

Trois fois divorcé de Valérie Sapienza, Flavie Flament et Vanessa Broussouloux, Benjamin Castaldi avoue en toute franchise avoir dépensé des sommes astronomiques pour chacune de ses séparations : “Ça m'a coûté une fortune. Je n'ai pas été épargné. Dans les tribunaux, déjà vous êtes le père, donc vous êtes fautif ! Moi, j'étais celui qui était "bling-bling", qui avait dépensé à tort et à travers, qui était parti.... Là, on ne vous rate pas. J'ai fait le calcul : en vingt ans, on est sur plusieurs millions d'euros.” , révèle-t-il.

Aussi victime d’une escroquerie immobilière il y a 15 ans, Benjamin Castaldi avoue en payer les pots cassés, encore aujourd’hui : “Avec en plus une baisse de régime, ça vous laisse deviner l'ampleur de mes dettes !”, a-t-il dévoilé. Après s’être confié sur ce sujet, l’ancien animateur de TF1 évoque le paiement de ses impôts : “À moins de s'appeler Florent Pagny, c'est compliqué d'y échapper. J'ai trouvé un plan d'apurement [une planification de remboursements, ndlr], mais on ne peut pas apurer tout en même temps”. Malgré ces moments difficiles, Benjamin Castaldi

(...) Cliquez ici pour voir la suite