Benjamin Griveaux : qui est sa femme, Julia Minkowski ?

En pleine campagne pour tenter de devenir le prochain maire de Paris, Benjamin Griveaux peut compter sur le soutien de sa femme, Julia Minkowski. D'ailleurs, l'ancien porte-parole du gouvernement d'Emmanuel Macron a toujours affirmé qu'il ne se serait pas lancé dans la course à la mairie de Paris sans l'accord et le soutien de celle qui partage sa vie depuis de nombreuses années et avec qui il a trois enfants. "Si je me présente aux élections, c'est évidemment avec son soutien [...] Je ne ferais pas ce que ce que je fais si elle n'avait pas été là", avait-il déclaré dans les colonnes de Télé-Loisirs. Pour autant, Benjamin Griveaux a fait le choix de ne pas exposer dans les médias sa petite famille. Il avait cependant fait une exception en avril 2019, dans les colonnes de l'hebdomadaire Paris Match. Il avait d'ailleurs révélé qu'il avait rencontré la femme de sa vie en 2007 alors qu'il travaillait pour Dominique Strauss-Kahn.

⋙ Anne Hidalgo : les images de sa danse déchaînée avec le capitaine des pompiers de Paris

Alors que son curriculm vitae était particulièrement bien "rempli", il lui avait tapé dans l'oeil. Il a définitivement eu un coup de coeur pour elle après avoir assisté à un concours d'éloquence auquel elle participait. Aujourd'hui âgée de 39 ans, Julia Minkowski est avocate associée au cabinet Temime. Depuis le début de sa carrière, elle a enchaîné les affaires très médiatisées. Elle était d'ailleurs l'avocate de Thomas Thevenoud, l’ancien secrétaire d’Etat de François Hollande, qui avait été jugé pour fraude fiscale. Plus récemment, elle a été appelée par David Hallyday et Laura Smet pour tenter d'obtenir satisfaction dans leur conflit qui les oppose à la veuve de Johnny Hallyday, Laeticia Hallyday. Mais elle a également un pied dans la politique puisque c'est elle qui a en partie élaboré le programme justice d'Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle de 2017.

A lire aussi : Voeux d'Emmanuel Macron : il aura un "discours apaisant", confie l'Elysée

(...) Cliquez ici pour voir la suite