Benjamin Griveaux : qui est Joachim Son-Forget, le député qui a relayé la vidéo à caractère sexuel ?

L’affaire ne cesse de faire du bruit depuis jeudi 13 février 2020. Les réseaux sociaux se sont enflammés suite à la diffusion d’une vidéo à caractère très explicite. On y voit une conversation privée entre une jeune femme et Benjamin Griveaux, sur laquelle apparaît une vidéo de ce dernier en train de se masturber. Bien que les images n’aient pas été authentifiées, le député de La République en Marche a pris les devants et a annoncé le retrait de sa candidature à la mairie de Paris pour les élections municipales de 2020. La publication originale de la vidéo, datant du 1er février, a été revendiquée par l’artiste russe Piotr Pavlenski, qui atteste vouloir “dénoncer l’hypocrisie” de Benjamin Griveaux. Mais c’est en vérité le tweet de Joachim Son-Forget qui a mis le feu aux poudres. Jeudi 13 février, le député et ancien membre de LREM a en effet relayé le lien dirigeant vers le site sur lequel se trouve la vidéo, jusqu’ici restée hors des radars de la presse, et enflammé la Toile.

Joachim Son-Forget voulait “prévenir” Benjamin Griveaux

“J'espère que ces vidéos sexuelles affligeantes incriminant Benjamin Griveaux et une jeune femme seront démenties par l'intéressé et son équipe car une telle diffamation serait extrêmement grave dans la campagne pour Paris”, avait tweeté Joachim Son-Forget jeudi. Il a notamment démenti, auprès du Parisien, sa volonté “de nuire” à l’ancien porte-parole du gouvernement. Il assure que son geste avait pour but de “le prévenir”. “Je lui ai même envoyé un message. Je déteste les lynchages publics. Il faut qu'il fasse face. Je n'ai rien ni pour ni contre Benjamin même si ce n'est pas mon candidat favori pour Paris. Ce qui lui arrive est inadmissible”, affirme-t-il. Vendredi 14 février, le député était invité sur le plateau de Jean-Marc Morandini sur CNews pour justifier son choix de relayer la publication de Piotr Pavlenski. “C'est dégueulasse, ce que vous avez fait !”, a immédiatement lancé le journaliste. “Moi je n'ai rien fait !”, s’est défendu

(...) Cliquez ici pour voir la suite