Bertrand Piccard en voiture électrique : le courant passe !

Bertrand Piccard, qui a fait le tour du globe en avion « solaire », s’est totalement investi dans l’économie d’énergie au quotidien, sur Hyundai Ioniq.

C’était une hypothèse, cela devient un phénomène. Bertrand Piccard a testé ce qui va changer la planète.

Paris Match. Vous avez atterri, il y a bientôt deux ans, de votre incroyable odyssée à bord de “Solar Impulse”. Cette expérience a-t-elle changé votre approche du transport aérien ?
Bertrand Piccard. Oui, je l’avoue. Depuis mon tour du monde en avion solaire, j’ai du mal à voler dans un avion normal. Je trouve ça trop bruyant, trop polluant, et tellement moins plaisant à piloter ! En voiture, c’est pareil…

Justement, vous êtes aujourd’hui l’ambassadeur de la marque sud-coréenne Hyundai et vous roulez, au quotidien, en Ioniq électrique. Vous êtes-vous aisément converti à l’automobile “zéro émission” ?
Il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre qu’une voiture électrique, ce n’est pas simplement plus vertueux. C’est plus silencieux, plus vif à l’accélération, plus agréable à conduire et, surtout, beaucoup plus efficace. Le rendement énergétique d’un moteur à combustion est d’environ 27 %, cela signifie que les trois quarts de l’énergie utilisée pour le faire fonctionner sont perdus. Cette technologie, inventée au XIXe siècle, est devenue parfaitement obsolète. Dans le cas d’un moteur électrique, le rendement peut monter jusqu’à 97 %. Il consomme près de quatre fois moins d’énergie. Rouler électrique, c’est être logique avant d’être écologique…

De manière plus générale, diriez-vous que votre approche de la conduite a évolué ?
Certainement. Plus jeune, je conduisais de façon assez agressive. Je chronométrais mes trajets. Avec le temps, je suis devenu plus zen et plus technique. Je n’aime pas être transporté et je ne serai sûrement pas le premier à circuler en voiture autonome. Mais, au volant, je ne suis plus en compétition qu’avec moi-même. J’essaie de moins consommer, de faire le plus de kilomètres possible avec une(...)


Lire la suite sur Paris Match