Bertrand Tavernier en sept films incontournables

Par David Mikanowski
·1 min de lecture
Philippe Noiret et Isabelle Huppert dans Coup de torchon (1981) 
Philippe Noiret et Isabelle Huppert dans Coup de torchon (1981)

Depuis la disparition de Claude Chabrol en 2010, Bertrand Tavernier, mort ce 25 mars, était sans doute devenu le réalisateur qui représentait le mieux le cinéma français, dans ce qu'il avait de meilleur. Grand cinéphile devant l'Éternel, il portait un regard moral sur son pays et son Histoire, auscultant les maux de la société avec une grande justesse. Abordant tous les genres, s'appuyant sur de remarquables ouvrages, il a tourné 22 longs-métrages pour le grand écran. Nous en avons retenu sept parmi les plus emblématiques.

L'Horloger de Saint-Paul (1973)

Pour son premier long-métrage, Bertrand Tavernier adapte un roman de Georges Simenon. Si l'action du livre se situait aux États-Unis, le cinéaste transpose l'intrigue du romancier dans un vieux quartier de Lyon où vit un paisible horloger (Philippe Noiret). Ce dernier voit sa vie basculer lorsqu'il apprend que son fils a disparu après avoir tué un homme. Le quadra prend soudain conscience qu'il ignorait tout de son enfant. Un commissaire (Jean Rochefort) vient lui demander de l'aide? Fort émouvant, ce drame marque la rencontre du cinéaste avec Philippe Noiret, qu'il retrouvera à sept reprises. En 1973, Tavernier commence donc sa carrière en beauté. D'autant que son film obtient le prix Louis-Delluc, considéré comme le « Goncourt du cinéma. »

Que la fête commence (1975)

Pour son deuxième essai, Tavernier frappe encore plus fort avec ce film en costumes qui retrace une période méconnue de l'histoire de France [...] Lire la suite