Les "Beyoncé studies", ça existe

"Beyoncé: nuances d'une icône culturelle". C'est le nom d'une série d'une demi-douzaine de cours que devrait proposer l'Ecole Normale Supérieure du 24 novembre au 9 février. Un séminaire dédié à "Queen B", pour le plus grand plaisir des fans, mais aussi de celles et ceux qui aiment à constater l'influence des figures culturelles.

Etudier Beyoncé ? L'idée n'est pas absurde. Chanteuse, femme d'affaires, danseuse, l'artiste a marqué au fer rouge le pop-féminisme, ce mouvement incarné par la révolution pop d'une Madonna et le girl power capitaliste-friendly des Spice Girls. Lorsqu'au sein d'un clip de 2012 (celui de "Flawless") la chanteuse a employé les mots "We should all be feminists" (ceux de l'écrivaine nigériane et femme politique Chimamanda Ngozi Adichie), plus de doute, le féminisme s'affichait sous un nouveau visage, éclatant, fédérateur.

Une influence qui intéresse l'ENS...

Socio et politique avec Queen B

L'idée de ce séminaire ? "Appréhender dans un ancrage pluridisciplinaire les problématiques que soulève l'orientation artistique de Beyoncé, aussi bien par l'histoire de l'art, les littératures contemporaines, l'histoire ou la philosophie". En gros, aussi bien étudier son influence sur les militances afroféministes et féministes que son incarnation de la culture populaire, face à "une culture dite légitime et savante". Bourdieu et Beyoncé, même combat ?

Oui oui, on peut clairement parler politique et socio avec Queen B, et...

Lire la suite


À lire aussi

"Défendre les cheveux crépus, c'est défendre notre droit à exister sur la place publique"
Un tube de l'été féministe, est-ce que ça existe ?
Pourquoi il existe un "fossé masturbatoire" entre les femmes et les hommes