Bicentenaire de Charles Baudelaire : "Lui qui détestait tout le monde, il se détestait aussi"

·1 min de lecture

L'anniversaire d'un poète maudit. Charles Baudelaire, né le 9 avril 1821, aurait eu 200 ans vendredi. S'il est aujourd'hui reconnu, voire admiré, il était peu recommandable à son époque. Une personnalité controversée qui ne gagnait pas forcément à être connue. Baudelaire était un sale type : détestable, odieux, misogyne. Il appréciait d'ailleurs cette détestation. "Il disait par exemple une phrase que j'aime bien : 'avec mon talent désagréable, je voudrais mettre l'humanité toute entière contre moi. Je vois là une jouissance qui me console de tout'", cite Jean Teulé, auteur du portrait original du poète maudit Crénom, Baudelaire !

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

"Et lui qui détestait tout le monde, il se détestait lui aussi", précise le romancier. "Il disait : 'mécontent de tous et mécontent de moi'."

Une tristesse magnifique

L'époque le lui a bien rendu : sur les cent poèmes des Fleurs du mal, six ont été interdits par la censure pendant 92 ans. C'est que Baudelaire ne s'occupait pas de morale. Il cherchait le beau dans le spleen, la mélancolie de sa propre vie. Et c'est cette tristesse magnifique qui faisait son talent. "On finit par le trouver touchant et émouvant, à avoir de l'empathie pour Baudelaire, parce que c'est l'histoire d'un type très malheureux qui a eu un chagrin d'enfance dont il ne s'est jamais remis", souligne Jean Teulé. "C'est aussi simple que ça, la vie de Baudelaire." Le poète meurt en 1867, à 46 ans, malade de la syphi...


Lire la suite sur Europe1