Bien-être : l’acupuncture a tout bon

·2 min de lecture

Parce qu’elle a des effets antidouleur, antistress et qu’elle aide à se libérer des addictions, cette médecine chinoise fait de plus en plus d’adeptes. On s’y met ?

Indolore, non invasive et ultra-efficace, l’acupuncture aide à résoudre les problèmes de sommeil, les phobies et les addictions au tabac, par exemple. Elle permet d’être plus zen, de rééquilibrer les énergies corporelles, de diminuer les douleurs (migraines, lombalgies, tendinites…), mais aussi d’accompagner les personnes qui souhaitent mincir. En somme, même si elle ne se substitue pas à un traitement médical, elle joue un rôle dans de nombreux protocoles de soins. Les premiers écrits remontent au Ve siècle avant J.-C., mais il faut attendre le XVIe siècle pour que les jésuites l’importent en Occident. Si elle rencontre beaucoup de succès au départ, la technique tombe dans l’oubli, jusqu’à ce que Soulié de Morant, diplomate français en Chine, la rapporte de nouveau au XXe siècle.

Le principe

L’acupuncture envisage le corps de façon géographique, comme s’il était un paysage. A l’image d’un arbre qui possède des canaux dans lesquels circule la sève, l’être humain est doté de méridiens et réagit aux saisons, au stress. Pour la médecine chinoise, le « qi », c’est-à-dire l’énergie, le souffle, circule entre les ravines et les vallées, entre les chairs et les os, et le mot « xue », qui désigne les points d’acupuncture, se traduit par « caverne ». Mais il y a aussi des points sources, comme des puits, sur lesquels travaillent les acupuncteurs. « Tels des plombiers du corps humain, ils stimulent ces points avec des aiguilles, de la même manière qu’on ouvre et ferme un robinet pour réguler le débit de l’eau.

"

Les patients n'ont plus envie de se contenter de prendre leurs médicaments

"

Le but ? Rééquilibrer les énergies », explique Martine Espouy, médecin acupunctrice à Carcassonne. D’après elle, si de plus en plus de personnes(...)


Lire la suite sur Paris Match