Bien-être : pourquoi choisir le sauna ?

Originaire de Finlande, le sauna est érigé comme un véritable art de vivre dans les pays scandinaves. C’est d’ailleurs un espace à part où les gens du Nord ont l’habitude de se rendre régulièrement, en famille ou entre amis, pour discuter et se détendre en fin de journée. Le principe ? On chauffe une pièce en bois à l’aide d’un poêle sur lequel reposent des pierres volcaniques que l'on arrose de temps en temps avec une louche d'eau. La température oscille entre 60° et 100 °C et la chaleur est très sèche (20 % d’humidité). Le rituel consiste à passer quinze minutes à l’intérieur de la cabine puis, une fois que la sueur perle sur la peau, à sortir pour prendre une douche fraîche avant de s’offrir un temps de repos d’une dizaine de minutes. L’objectif : alterner trois fois les phases de sauna, douche fraîche, séchage et repos, sauna…

Il est indiqué pour…

Chasser le stress chronique, éliminer les tensions musculaires et les crampes, ce qui en fait une pratique très prisée des sportifs. Il aide à calmer les douleurs rhumatismales (arthrite, etc.) et à réduire l’inflammation locale chez les personnes souffrant de psoriasis. En outre, le sauna contribue à une bonne santé cardio-vasculaire. Une récente étude a montré qu’après une séance de trente minutes, la tension artérielle diminuait. Et, selon des travaux finlandais, quatre à sept séances hebdomadaires réduiraient le risque d’infarctus du myocarde.

Mais n’a pas d’effet sur…

Le poids. Une séance fait perdre jusqu'à un litre d'eau, d'où l'importance de bien s'hydrater, mais c'est tout.

À qui s’adresser ?

On trouve assez peu d’instituts exclusivement dédiés au sauna. La plupart d’entre eux sont en libre accès dans les centres de thalassothérapie, ou en complément dans les instituts de beauté, les spa et certains centres aquatiques et sportifs. En cas de pathologie chronique (cardiaque, circulatoire ou respiratoire), demandez l’avis de votre médecin. Il faut compter entre 30 et 50 € pour 1 h 30 de détente.

Le conseil de la spécialiste

"La

(...) Cliquez ici pour voir la suite