Bien choisir son bois de chauffage

·2 min de lecture

Le point déterminant pour bien choisir son bois de chauffage, c’est de sélectionner la bonne essence. L’idéal est de privilégier les feuillus durs, comme le chêne ou le hêtre, très répandus, ou encore le frêne et le charme. Bénéficiant d’une densité élevée, ces essences mettent longtemps à se consumer et leur pouvoir calorifique est remarquable. En privilégiant ce type d’essence, vous utiliserez moins de bois tout en profitant d’un maximum de chaleur.

Pour affiner votre choix, tenez compte de votre équipement de chauffage. Si vous êtes équipée d’un poêle ou d’une cheminée ouverte, il s’agit d’éviter les projections. Le chêne et le charme sont alors tout indiqués. Dans le cas d’un poêle ou d’une cheminée fermée, vous pouvez privilégier le frêne. Si son apport calorifique est un peu moins élevé, il produit de très belles flammes.

Le second critère capital pour bien choisir son bois de chauffage, c’est le taux d’humidité. Un bois peut être sec (moins de 23 % d’humidité), mi-sec (23 à 35 % d’humidité) ou vert (plus de 35 % d’humidité). Un bois sec bénéficie d’un pouvoir calorifique très élevé, au contraire d’un bois vert.

Pensez à vous renseigner auprès de votre fournisseur sur les conditions de stockage. Un bois sec est un bois coupé depuis au moins dix-huit mois. En outre, le bois doit être conservé dans de bonnes conditions. N’hésitez donc pas à demander s’il est à entreposer sous abri partiellement ou entièrement clos ou en plein air. Pour vous assurer qu’un bois est assez sec, vous pouvez vous fier à la norme NF.

Outre la qualité du bois, il est important de connaître sa provenance. La certification PEFC vous garantit un bois issu d’une production responsable. Vous avez donc la certitude de vous chauffer en participant à une gestion durable des forêts. L’idéal est bien entendu d’opter pour un bois provenant d’une forêt française, et de préférence locale. Pour un stère de bois, comptez en 30 et 120 €, selon sa provenance et sa qualité.

À lire aussi :

Economies d'énergie (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite