Comment bien choisir son canapé ?

·2 min de lecture

Une préoccupation esthétique ? Pas uniquement. Un dossier droit n’offre pas la même confort qu’un dossier incliné. On se relève plus difficilement d’un canapé au look seventies posé au ras du sol que d’un canapé de style scandinave monté sur pieds. Enfin si un 4-places a une plus belle amplitude qu’un 3-places, il peut compliquer la circulation au salon.

Pour une sensation d’accueil tonique, privilégiez les suspensions dites à effet positif ou "No Sag". Ces ressorts plats en fil d’acier absorbent les mouvements. Autre option, les suspensions dites à effet négatif : des sangles élastiques entrecroisées. Parfaites pour une assise souple, elles sont moins pérennes.

Comme les lits, les canapés peuvent offrir deux types de confort : une assise profonde et moelleuse ou dense et soutenue. Une question de goût. Mais comment s’y retrouver ? Suivez l’indice de compactage de la mousse au m3. Plus cet indice est élevé – au-delà de 35kg/m3 –, plus l’assise de votre canapé sera ferme.

Le standard en la matière est de 55cm. Idéal pour assurer le confort d’une personne de taille moyenne. Pour les plus grands, certains canapés affichent 60 voire 65cm de profondeur. En cas de différences importantes de morphologies dans la famille, optez pour le système "avance recul" qui permet de jouer avec les profondeurs d’un même canapé, ou achetez des coussins !

Les coussins sont généralement composés de mousses polyuréthanes. Qualifiées de haute résilience (HR), elles sont de qualité supérieure. En revanche, méfiance devant la mention "copeaux de mousse", moins résistants. Enfin, les mousses peuvent être associées à de la plume pour apporter plus de moelleux au divan.

Le matelas, la pièce maîtresse

Si vous préférez les matelas épais, autour de 17/18cm, choisissez un canapé dont la structure touche le sol. Les matelas des canapés-lits sur pieds dépassent rarement 12 à 13cm. Le conseil : pour réduire cet éventuel défaut, compensez par une forte densité de mousse, à plus de 50kg/m3.

Un sommier selon (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite