Comment bien foncer une pâte ?

Que signifie "foncer une pâte" ?

Foncer une pâte ne signifie pas faire une pâte à tourte, à tarte, à pizza ou à quiche avec un chronomètre en main. Pas plus qu’il ne s’agit de la cuire pour lui donner une coloration foncée. Non, dans le jargon culinaire, et plus particulièrement dans celui de la pâtisserie, foncer une pâte signifie garnir le moule avec la pâte, qu’il s’agisse d’une pâte brisée, d’une pâte sablée ou d’une pâte feuilletée. Bien foncer une pâte c’est donc l’étaler correctement et pourquoi pas joliment dans le moule. Le cas échéant, elle peut se boursoufler, se rétracter, être trop épaisse par endroits et trop fine à d’autres, voire se déchirer. Il faut donc une pâte d’épaisseur homogène (environ 3 mm), bien répartie sur le fond et les côtés du moule. Et pour y parvenir, il y a certains principes à observer que nous allons vous révéler.

L’astuce pour foncer une pâte facilement et rapidement

Pour foncer rapidement et facilement une tarte, il faut commencer par enfariner votre plan de travail. Puis étalez votre boule de pâte avec un rouleau à pâtisserie, de façon à obtenir une forme ronde. Veillez à ce que le diamètre de votre pâte ainsi étalée (aussi appelée « abaisse ») soit supérieur de 5 centimètres au moins à celui du moule. Pour éviter que la pâte ne boursoufle lors de la cuisson, piquez-la avec une fourchette. C’est la face piquée à la fourchette qui se place ensuite contre le fond du moule. Reste à présent à transporter la pâte du plan de travail au moule sans la casser et devoir alors tout recommencer. Une étape d’autant plus délicate s’il s’agit de pâte sablée ou de pâte brisée, car elles se cassent facilement. Notre astuce ?

Au lieu de prendre votre abaisse à deux mains et de risquer de la casser ou de mal la centrer sur le moule, prenez votre rouleau à tarte et enveloppez-le avec la pâte. Il ne vous reste plus, dès lors, qu’à dérouler la pâte au-dessus du moule. Le tour est joué ! Pour autant, ce n’est pas terminé. Avec le plat de la main, faites adhérer

(...) Cliquez ici pour voir la suite