1 / 7

Bien manger : les clés pour se nourrir intelligemment

Dans le vaste fourre-tout de l’alimentation saine, difficile de séparer le bon grain de l’ivraie. Au fil des décennies, on a tour à tour vilipendé les graisses animales, soupçonné le blé et les produits laitiers, encensé le végétarisme… Le tout sans jamais décourager tous ceux qui rêvent d’un menu idéal rimant avec bonne santé, minceur et énergie. Dans cette société qui a intégré l’idée que la santé est un capital que l’on doit gérer tout au long de la vie, au risque de voir cette envie légitime virer à l’impératif moral tel que le démontrait « Le Syndrome du bien-être » de Carl Cederström et André Spicer (éd. L’Échappée), la question se fait lancinante. Heureusement, nombreux sont désormais les chercheurs qui travaillent sur l’équation santé, longévité, alimentation, bien-être et forme. Évidemment, on ne les a pas attendus pour savoir que la nourriture industrielle, riche en matières grasses de mauvaise qualité, en sucre et en sel n’avait rien d’une potion magique ! Mais, parmi leurs conclusions, il y a aussi des choses accessibles, souvent inspirées des modes de vie traditionnels. L’analyse des « zones bleues » (régions du monde riches en centenaires) montre également que beaucoup de rires, une activité physique régulière, ainsi qu’une nourriture simple, pauvre en protéines et riche en légumineuses, font merveille, ravissant les papilles à tout âge. Voici notre mode d’emploi à suivre pour séduire au quotidien les grands et les petits.

Bien manger : les clés pour se nourrir intelligemment

Vivre longtemps et en bonne santé, on en rêve… Conserver son dynamisme, booster sa bonne humeur et stabiliser son poids ? Cela semble incompatible avec l’urgence du quotidien. Hors, avec un peu d’organisation, de bons ingrédients et quelques recettes pratiques, dont des bocaux maison, se nourrir sainement peut même devenir un vrai régal pour toute la famille.Dans le vaste fourre-tout de l’alimentation saine, difficile de séparer le bon grain de l’ivraie. Au fil des décennies, on a tour à tour vilipendé les graisses animales, soupçonné le blé et les produits laitiers, encensé le végétarisme… Le tout sans jamais décourager tous ceux qui rêvent d’un menu idéal rimant avec bonne santé, minceur et énergie. Dans cette société qui a intégré l’idée que la santé est un capital que l’on doit gérer tout au long de la vie, au risque de voir cette envie légitime virer à l’impératif moral tel que le démontrait « Le Syndrome du bien-être » de Carl Cederström et André Spicer (éd. L’Échappée), la question se fait lancinante. Heureusement, nombreux sont désormais les chercheurs qui travaillent sur l’équation santé, longévité, alimentation, bien-être et forme. Évidemment, on ne les a pas attendus pour savoir que la nourriture industrielle, riche en matières grasses de mauvaise qualité, en sucre et en sel n’avait rien d’une potion magique ! Mais, parmi leurs conclusions, il y a aussi des choses accessibles, souvent inspirées des modes de vie traditionnels. L’analyse des « zones bleues » (régions du monde riches en centenaires) montre également que beaucoup de rires, une activité physique régulière, ainsi qu’une nourriture simple, pauvre en protéines et riche en légumineuses, font merveille, ravissant les papilles à tout âge. Voici notre mode d’emploi à suivre pour séduire au quotidien les grands et les petits.