Comment bien utiliser un chinois en cuisine ?

À quoi sert un chinois ?

Généralement conique, le chinois fait partie de ces ustensiles indispensables lorsque l’on acquiert un certain niveau de technicité. Dans les cuisines des grands restaurants, il est d’ailleurs incontournable, car sans lui, il n’est pas possible de « passer » des préparations liquides pour en obtenir la quintessence. Grâce à la finesse de sa grille, le chinois permet de filtrer un bouillon, une sauce ou un coulis pour les débarrasser de toutes traces de morceaux de légumes, de viande ou de fruits tout en récupérant bien tous les sucs. Quand on utilise ce type d’appareil, c’est avant tout pour obtenir rapidement une préparation liquide parfaitement lisse et homogène.

Les différentes utilisations du chinois

Vous hésitez à vous équiper d’un chinois ? Après tout, que peut-il bien faire qu’une passoire basique ne pourrait pas faire ? Voici la réponse :

passer un bouillon : vous avez préparé un bouillon de légumes avec de nombreux aromates. Si vous utilisez une simple passoire, vous pouvez être sûre que vous n’obtiendrez pas un bouillon parfaitement clair. La grille de votre passoire laissera forcément passer des morceaux d’herbes fines, d’aromates et probablement même de légumes.Réaliser un coulis de fruits rouges : envie d’accompagner votre fromage blanc d’un coulis bien lisse. Avec un chinois, vous aurez l’assurance qu’aucun grain de fraises, de framboises ou de cassis ne viendra gâcher votre dégustation.Préparer une sauce : vous venez de cuire un rôti de porc et vous souhaitez concocter une petite sauce à partir du jus de cuisson. Le chinois est indispensable pour passer correctement le jus et le débarrasser de ses aromates sans pour autant le priver des sucs de cuisson qui apporteront toute sa saveur à votre future sauce.Quelle est la différence entre un chinois, un tamis et une étamine ?

Ils ont beau se ressembler et servir à filtrer des préparations culinaires, ces différents ustensiles possèdent bien des fonctions spécifiques. Comme nous venons de

(...) Cliquez ici pour voir la suite