Comment bien utiliser un dé à coudre ?

·2 min de lecture

Le dé à coudre est un très bon allié quand on se lance en couture, et même quand on est habitué. Il s'agit d'un petit objet en métal (existe aussi en cuir, en bois, en silicone, et même en porcelaine) fermé au bout que l'on place sur son index ou son majeur pour attraper une aiguille et éviter de se piquer les doigts lorsque l'on coud. Il est recouvert de petits crevasses sur toute sa face extérieure, ce qui aide à pousser l'aiguille facilement pendant l'ouvrage sans se blesser. Voici comment l'utiliser correctement.

S'il a un temps été un pion au Monopoly, le dé à coudre a également servi dans les débits de boissons il y a de cela quelques siècles pour mesurer les quantités d'alcool. Aujourd'hui, il est revenu à son usage primaire et vous pouvez toujours en trouver dans les commerces et les merceries pour moins de 5 euros. Pas plus large qu'une bague, le dé à coudre se porte donc sur le bout de l'index ou du majeur lorsque l'on s'adonne à de la couture. Il sert de protection au bout des doigts et surtout à donner l'impulsion à l'aiguille pour la planter dans son tissu et non dans sa chair. Grâce aux petites "fossettes" sur toute la surface extérieure de ce petit objet, l'aiguille ne glisse pas et vous pouvez coudre plus rapidement et facilement. En général, on le place sur la main avec laquelle on est à l'aise, selon qu'on soit droitier ou gaucher. Le doigt sur lequel vous placez votre dé dépend de la façon dont vous tenez votre aiguille pour coudre. Si c'est entre le pouce et l'index, c'est ce dernier qu'il faudra protéger. Si c'est entre le pouce et le majeur, ce sera le majeur.

Si le dé à coudre n'est pas indispensable, par exemple dans les petits ouvrages comme recoudre un bouton, il peut tout de même s'avérer très utile. Surtout quand on est novice et pas toujours très habile de ses mains. Vous pouvez en acheter pas cher et à votre taille dans le commerce (ou sur Internet), ou en fabriquer un vous-même si vous maniez suffisamment bien l'aiguille, avec des matériaux (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite