Bientôt des hôpitaux virtuels bien réels

Le nom est un peu trompeur : quand on parle d'hôpital virtuel, vous imaginez peut-être un lieu qui n'existerait que dans un jeu vidéo ou sur internet. En fait, il s'agit d'un bâtiment bien réel ! Dans ces cliniques du futur, pas de chambres ni de lits pour les malades, mais des télécabines et de fausses salles d'opération. Le plus complet du genre, dans les Yvelines, devrait accueillir ses premiers patients en 2024.

Des consultations sans rendez-vous

Objectif numéro un du projet d'hôpital virtuel de Saint-Quentin-en-Yvelines : faciliter l'accès aux soins à l'heure où certains territoires manquent de médecins en proposant un espace de 2 500 mètres carrés avec des cabines dans lesquelles on pourra rencontrer, en vidéo, un dermatologue, un ophtalmologiste, un cardiologue ou encore un psychologue, qui répondront depuis le CHU ou le cabinet où ils travaillent. On n'y viendra pas sur rendez-vous comme dans une maison de santé classique, mais on s'y arrêtera par exemple en allant faire ses courses. « En ouvrant ce nouveau centre hospitalier au cœur même de la ville, on veut qu'il fasse partie du quotidien des habitants. Ce lieu permettra aussi aux personnes atteintes d'une pathologie chronique d'assurer leur suivi médical près de chez eux, sans forcément devoir passer une demi-journée à l'hôpital », explique le Pr Djillali Annane, doyen de l'UFR Simone Veil à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et l'un des artisans du projet. Sur place, pas de praticien mais des professionnels de santé (infirmiers, orthoptistes...) pour aider dans les démarches et la bonne utilisation des cabines de téléconsultation et des outils d’auscultation.

Plus d'information et de prévention

« Cet endroit a aussi vocation à être un lieu d'information et de dépistage pour changer les comportements et intervenir en amont des maladies, dans une optique de médecine préventive », résume le Pr Annane. On pourra y recevoir des renseignements et des conseils sur certaines pathologies ou participer

(...) Cliquez ici pour voir la suite