Bienvenue sur la “planète sexy” et zinzin de Bonnie Banane

Carole Boinet
·2 min de lecture
© Thibaut Grevet
© Thibaut Grevet

Elle dévore des chouquettes, tandis qu'un gros chien poilu lui tend la patte dans l'espoir d'en obtenir une. Mais, peine perdue, les chiens, “ça ne mange ni sucre ni café”, assène-t-elle avant d'embrayer : “La chouquette, c'est tout un art. Il faut qu'elles soient bien fraîches à l'intérieur et qu'il y ait assez d'œufs pour qu'elles soient aérées, avec cette texture un peu… mouillée !” C'est effectivement une définition pertinente d'une bonne chouquette.

La scène dégage un subtil mélange d'exaltation enfantine, de gourmandise sucrée, de drôlerie en pas de côté qui résume à la perfection la personnalité pourtant terriblement insaisissable de celle qui s'est surnommée Bonnie Banane. Un nom de dessin animé. Un nom de super-héroïne munie d'un pistolet en peau de banane, voire d'une robe et d'une barrette assorties. Ça tombe bien, c'est l'image que l'on se fait de cette nouvelle B.B. à la loufoquerie en pointillé, à la Marsupilami's Touch même dirait-on, que l'on retrouve dans les locaux parisiens de son label, Grand Musique Management (qui est aussi celui de Lomepal), sans pistolet banane et quasi toute de noir vêtue.

Anaïs Thomas, alias Bonnie Banane, sort son premier album baptisé Sexy Planet. Sur la pochette, elle est assise sur la planète Terre, en robe de chambre rose, un ourson en peluche dans les bras, la tête dans la lune façon Mirabelle attendant l'Ours de Bonne Nuit les petits, avec, en prime, un oiseau bleu dessiné virevoltant autour d'elle, qui évoque davantage le Cendrillon de Disney que le logo de Twitter.

Le graphisme est aussi féerique que les quatorze morceaux qu'il renferme. D'une féerie qui s'amuse d'elle-même, légèrement retorse, déviante, comme une marelle qui proposerait des “shots” au niveau de la case “ciel”. D'une féerie zinzin aurait-on dit naturellement, sans même savoir que le morceau d'ouverture porte précisément ce nom, “zinzin”.

Un album en onomatopées, en bulles de savon

Dans le redoublement de sa syllabe, par ce “z” qui formule forcément le zigzag, la sortie d'autoroute, se tapissent à la fois la folie créative et une sympathie touchante, qui permettent à “zinzin” d'échapper au glauque que recoupent ses synonymes, “barjot” ou “cinglé”. Bonnie Banane est une artiste zinzin, tout comme Sexy Planet est un album zinzin. Comprendre : excentrique, irrégulier, bizarre. Du beau bizarre, plus exactement.

Lire la suite...