La "bimbo" revient : faut-il s'en réjouir ?

Pamela Anderson, Paris Hilton, Anna Nicole Smith... On pourrait sans souci lister celles qui bien longtemps se sont vues qualifiées de "bimbos" dans les médias. Pour cela, il suffisait simplement d'être célèbre, blanche et blonde, sans oublier de porter des tenues courtes et girly. Un profil que les frères Wayans ont mis au coeur de leur comédie Fausses Blondes Infiltrées (2004).

Stéréotype nous renvoyant donc aux années 90 et au début des années 2000, la bimbo est une figure féminine au physique vanté et à l'intellect contesté. Autrement dit, un bon réservoir à sexisme pour bien des tabloïds en cette époque, bien qu'il fut volontiers détourné - on pense notamment au jeu plein d'autodérision d'actrices alors populaires comme Anna Faris.

En France, une personnalité médiatique comme Loana a pu incarner la bimbo par excellence. C'est d'ailleurs dans les émissions de télé réalité, aux stéréotypes aussi jeunes qu'un plateau de CNews, que les bimbos semblent encore et toujours perdurer. Le mot lui-même paraît d'un autre temps, se dit-on. Personne n'a envie de défendre son usage.

Et pourtant, il se pourrait bien que la bimbo fasse son grand retour, donnant tort aux paroles les plus perplexes. Un come-back qui s'observe notamment sur TikTok. Mais faut-il vraiment s'en réjouir ?

Un grand retour ?

Bien des magazines en ligne tendance relatent à l'unisson ce retour, qui irait de paire avec celui de stars iconiques comme Paris Hilton,...

Lire la suite


À lire aussi

Ces icônes féministes sont devenues des produits marketing : faut-il s'en réjouir ?
Faut-il déconstruire le couple pour mieux s'aimer ?
7 livres LGBTQ audacieux et puissants qui réjouiront enfants et ados