"Binge-working" : les patrons français sont les plus addicts au travail, et c'est une surprise

Kelvin Murray

Avez-vous déjà entendu parler de la "hustle culture" ? Cette expression, qu'on pourrait rapprocher de la "culture du burn-out" en français, désigne l'art de normaliser et glorifier les longues heures de travail et l'atteinte d'un objectif professionnel au détriment de sa santé - physique et mentale - et de ses relations. Si ce mouvement a été popularisé par nos voisins américains, ce sont pourtant les patrons français qui semblent se l'être le plus appropriés. Et pour cause, une étude anglaise récente dévoilée par le groupe financier américain Bloomberg et reprise par BFMTV montre que les cadres implantés dans l'Hexagone sont "les plus grands adeptes de 'binge-working' au monde".

Au total, près de 4 chefs d'entreprise français sur 10 (39 %) affirment avoir l'habitude d'enchaîner de longues heures de travail intenses sans faire de pauses, bien au-dessus de la moyenne mondiale établie à 25 %. Pour aboutir à ce chiffre, le groupe privé d’assurance maladie londonien Bupa, qui a mené l'enquête en août et septembre 2022, a interrogé 2 439 travailleurs fortunés dans huit pays et régions du monde, à savoir le Royaume-Uni, les États-Unis, la France, les Émirats arabes unis, l'Égypte, la Chine, Hong Kong et Singapour.

Pour expliquer cet écart impressionnant entre la France et les autres pays interrogés, les auteurs de l'étude avancent deux hypothèses. Les dirigeants français seraient tout d'abord "plus anxieux que ceux des autres pays concernant leurs performances professionnelles individuelles" (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le co-créateur de "Rick & Morty" écarté de la série après une plainte pour violence domestique
En Angleterre, un projet de "congé ménopause" tombe à l'eau car il discriminerait les hommes
Beyoncé s'attire les foudres de la communauté LGBT+ après un concert à Dubaï, où l'homosexualité est illégale
"Le féminisme a gagné dans les têtes, mais pas dans les faits" : le retour surprise du sexisme chez les jeunes générations
“On cherche des profils féminins mais on ne les trouve pas” : l’urgence de féminiser les métiers de l’aéronautique