Bio, sans huile de palme... : Les pâtes à tartiner éthiques

Les Français raffolent de la pâte chocolatée, à tel point qu’ils en sont les premiers consommateurs au monde. Tour d’horizon des gourmandises « propres », c’est-à-dire sans huile de palme.

Souvent responsable d’une déforestation sauvage dans les pays tropicaux, l’huile de palme est aussi controversée pour ses acides gras, qui présenteraient un danger cardio-vasculaire. Il est temps de la bannir du goûter, d’autant que l’offre est large.

Lire aussi:Cacao : le bon goût de l'éthique

Côté supermarchés, Lindt, Banania, Poulain, Philadelphia, Côte d’Or et Bridélice ont déjà ôté cet ingrédient. Pour le remplacer : tournesol, pépin de raisin, caroube, colza, coco, karité, etc. Les meilleurs artisans français se sont aussi penchés sur la question. En haut du panier, il y a les chocolatiers : les Petits Carreaux de Paris (40 % de noisettes françaises torréfiées par le chocolatier Jacques Bockel), A la Mère de Famille, Lenôtre, Pierre Hermé, Cédric Grolet (pour Confiture Parisienne), Christophe Michalak, Pierre Marcolini (sans conservateur et 65 % de noisettes du Piémont), Yann Couvreur ou Angelina. Même les grands chefs s’y mettent : Anne-Sophie Pic prépare une nouvelle recette à déguster au petit déjeuner de son fief, à Valence. Cyril Lignac a ouvert sa chocolaterie, tout comme Alain Ducasse (sans OGM, avec 30 % de noisettes et 30 % d’amandes), qui prône une fabrication artisanale, de la fève à la pâte. Ces maîtres de l’excellence insistent sur les produits sourcés, notamment les noisettes du Piémont, considérées comme les meilleures au monde.

Capture d’écran 2019-09-12 à 15.25.16

C’est dans cette région du nord de l’Italie que l’ancêtre de la pâte à tartiner est apparu, au début du XIXe siècle. Conséquence du blocus de Napoléon, qui empêchait l’importation de produits de la Grande-Bretagne et de ses colonies vers la France et ses(...)


Lire la suite sur Paris Match