Biopsie : à quoi ça sert et comment se déroule cet examen ?

Biopsie : qu'est-ce que c'est exactement ?

Une biopsie est un examen médical qui consiste à prélever un fragment de tissu ou d'organe – peau, foie, poumon, côlon, estomac, glandes, ganglions... Attention : pour un prélèvement de quelques cellules seulement, on parlera plutôt de " cytologie ".

Réalisée par un médecin spécialiste (par exemple : un médecin dermatologue, gastro-entérologue ou encore gynécologue) ou par un chirurgien, la biopsie a pour objectif d'analyser la nature et la structure d'un prélèvement spécifique – pour poser ou confirmer un diagnostic, par exemple.

Il existe 3 types principaux de biopsies :

La biopsie transcutanée. On l'appelle aussi " ponction-biopsie " : pratiqué à l'aide d'une grosse aiguille (trocart), cet examen médical consiste à prélever en profondeur une " carotte " de tissu de l'organe à étudier – foie, rein, sein, os, muscle... Les gestes du médecin ou du chirurgien sont guidés à l'aide d'une échographie ou d'un scanner. La biopsie endoscopique. Le médecin ou le chirurgien utilise la technique de l'endoscopie (qui consiste à amener, par les voies naturelles du corps, une petite caméra située au bout d'un tube à proximité de l'organe étudié) pour prélever un fragment de la zone à l'aide de petites pinces. La gastroscopie permet ainsi de faire un prélèvement au niveau de l'estomac ; l'hystéroscopie de faire un prélèvement d'endomètre ; la cystoscopie un prélèvement au niveau de la vessie. La biopsie chirurgicale. Réalisée par un chirurgien au bloc opératoire (à l'hôpital), la biopsie chirurgicale nécessite une anesthésie générale : elle permet des prélèvements dans des zones / organes difficilement accessibles – le cerveau, par exemple.

Et aussi. On parle de biopsie extemporanée lorsque la biopsie est réalisée puis analysée au microscope immédiatement. Quant à la biopsie-exérèse, elle permet de retirer la totalité d'une lésion (un mélanome cutané, par exemple) afin de pratiquer un examen microscopique complet.

Indications : pourquoi fait-on

(...) Cliquez ici pour voir la suite