Blanche Gardin fait polémique avec sa blague sur Samuel Paty

·2 min de lecture

En 2020, plus que jamais, la question de savoir si l’on peut rire de tout fait débat. A l’époque du politiquement correct, la moindre incartade peut provoquer un tsunami sur les réseaux sociaux. Et les humoristes sont bien sûr les premiers concernés. Lundi 2 novembre 2020, c’était au tour de Blanche Gardin de provoquer une polémique. La comédienne, connue pour être sans gêne, s’est permis de blaguer sur un sujet particulièrement délicat. Alors que la situation actuelle est des plus tendues, entre les menaces terroristes et le reconfinement très contesté, Blanche Gardin a voulu détendre l’atmosphère. Une initiative louable, en théorie, mais qui n’a clairement pas fait l’unanimité. L’humoriste de 43 ans a ainsi plaisanté à propos de Samuel Paty, le professeur d’histoire-géographie retrouvé décapité dans les rues de Conflans-Sainte-Honorine le 16 octobre.

“Samuel Paty, il ressemblait étrangement à Xavier Dupont de Ligonnès non ?”, a écrit Blanche Gardin sur son compte Facebook. Cette comparaison entre l’instituteur victime d’un attentat terroriste et le présumé auteur de la tuerie de Nantes (confondu à plusieurs reprises avec d’autres hommes, arrêtés à tort) n’est pas du tout passée auprès des internautes, surtout en ce jour d’hommage national à Samuel Paty dans les établissements scolaires. Les plus fervents adeptes de Blanche Gardin ont salué son humour, son “courage” et sa volonté de lutter pour la “liberté d’expression”. D’autres fans, en revanche, ont fustigé l’humoriste pour ses propos jugés déplacés.

“L'humour n'est pas cool sur ce coup-là”, “Encore du soi-disant humour”, “Franchement, en temps normal j'adore votre humour, mais là, désolée, c'est tout sauf drôle”, “Là, non ! Ça passe pas”, “La famille de Samuel Paty appréciera”, “Humour ou liberté d'expression.... Le mieux parfois est de savoir fermer sa gueule…”, “Je me demande la réaction de la famille si elle voyait votre publication”, “J’aimais l’humour trash et cash de Blanche Gardin, mais là franchement, elle (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite