Blazer for ever

·1 min de lecture

Coloris affirmés et charme flambeur, cette veste joue des épaules. Une carrure eighties pas si conventionnelle pour une pièce culte.

Remonter aux origines du blazer révèle le parcours sportif que ce vêtement a effectué pour devenir un emblème de l’allure « effortless chic ». Plusieurs récits construisent sa mythologie. L’un d’eux commence en 1837 sur un bateau de la Royal Navy appelé « HMS Blazer ». L’équipage aurait adopté le veston croisé à boutons dorés lors d’une visite de la reine Victoria. Une autre raconte qu’il a été l’uniforme des équipes d’aviron du St John’s College de Cambridge en 1820.

Le blazer RL 100 % cachemire, Ralph Lauren collection, 3 250 €.
Le blazer RL 100 % cachemire, Ralph Lauren collection, 3 250 €.

Le blazer RL 100 % cachemire, Ralph Lauren collection, 3 250 €. © DR

Sa fréquentation des climats humides caractérise le modèle original : contre la pluie et le vent, il est en flanelle et boutonné jusqu’au cou. Si son histoire diverge parfois, une chose est sûre, le mot vient de l’anglais « to blaze », qui signifie flamber. On le retrouve sur les campus anglo-saxons dans les années 1950. Rehaussé d’un écusson, il arbore rayures et couleurs vives et devient l’un des symboles du style « preppy ». Ce fameux terme inventé par Erich Segal est une abréviation de « preparatory » pour classe préparatoire et désigne les élites universitaires américaines aux silhouettes ultra-codées. Dans les années 1970, Bob Dylan lui donne des allures de dandy outre-Atlantique. Porté par des icônes de la musique et du cinéma, le blazer gagne enfin ses galons(...)


Lire la suite sur Paris Match