Une blessure à la tête (même ancienne) peut conduire à la démence

·1 min de lecture

Beaucoup d'idées reçues circulent à propos de la démence, un syndrome qui atteint environ 50 millions de personnes dans le monde selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). La démence correspond à une altération progressive des fonctions cognitives : peu à peu, la mémoire, la capacité de raisonnement, l'orientation, la faculté de compréhension, la capacité d'apprentissage, le calcul mental, le langage, le jugement... sont altérés.

Plusieurs maladies peuvent être à l'origine d'une démence : le plus souvent, ce syndrome (qui touche principalement des personnes âgées) est provoqué par la maladie d'Alzheimer ou par un accident vasculaire cérébral (AVC). En outre, certains facteurs augmentent le risque de développer une démence avec l'âge : c'est notamment le cas du tabagisme, de la sédentarité, de la consommation excessive d'alcool ou encore de l'isolement social.

Il suffit d'un seul traumatisme crânien pour augmenter de 25 % le risque de démence

Des chercheurs de la University of Pennsylvania School of Medicine (aux États-Unis) viennent d'identifier un nouveau facteur de risque pour la démence : ils affirment qu'une blessure à la tête, même très ancienne, augmenterait le risque de développer ce syndrome plus tard dans la vie.

Pour parvenir à cette surprenante conclusion, les scientifiques américains ont suivi pendant 25 ans un groupe de 14 376 participants. Ils ont découvert que les personnes ayant subi une blessure à la tête avaient un (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Bisphénol B : une substance "extrêmement préoccupante" pour les autorités sanitaires
Covid-19 : la pollution de l'air fait-elle augmenter les contaminations ?
DIRECT. Covid-19 en France ce 5 mars : 23 507 nouveaux cas, 3 680 patients en réa
Docteur, j'ai mal au cou
Cannabis médical : l'expérimentation va démarrer avant la fin mars
La perte d'odorat, un signe précoce de maladie d'Alzheimer ?