Les faux pas de la canicule en ville

sarah_lemasson
Le blog de Sarah

Ça y est, le soleil et les températures positives sont revenus. En ville (enfin à Paris en tout cas) on va enfin pouvoir se plaindre différemment. « Je te jure, ce matin dans le métro il faisait au moins 39 degrés, et encore je te dis ça parce que j'ose même pas imaginer que la RATP laisse la température monter au dessus de 40 degrés. Assassins. »

« Nan mais sérieusement, j'ai une date ce soir, tu mets quoi en date quand il fait plus de 32 degrés ? C'est ingérable, je vais annuler. Et puis voilà, je vais jamais trouver l'amour. » La chaleur nous rend parfois un peu extrêmes dans nos comportements. Mais aussi dans nos choix vestimentaires.

Comme si elle faisait fondre la partie fashion consciente de notre cerveau. Voici donc une petite liste non exhaustive des choses que l'on ne peut pas faire ou mettre même s'il fait plus de 32 degrés et que vous êtes en ville.

Le maillot de bain
« Nan mais c'est bon, je mets que le haut, ça passe. » Ça passe pas. Pas du tout. Le maillot de bain, le haut et le bas, c'est pour la plage. Ou la piscine, ou une rivière. Ou faire du roller sur le bord des plages aux USA dans les années 90. Mais on est en 2012. Donc on veut pas voir vos maillots sauf s'il y a un point d'eau où l'on a le droit de se baigner aux alentours.

Les poils
« Je peux pas m'épiler avant mon départ en vacances la semaine prochaine mais tant pis, il fait trop chaud, je tente le combo aisselles + mollets poilus en espérant que personne ne voit. » A moins d'être blonde tendance albinos, on verra. Et c'est super deg. Alors, sortez couvertes.

Les vêtements de plage
C'est comme le maillot bain, ça reste à la plage. Les mini-robes transparentes et les flip flops rose nacré, c'est pas pour le métro.

Le vernis écaillé
Avec les nu-pieds, il y a deux options : soit tu as les ongles propres, nets et sans vernis, soit tu as les ongles propres, nets et avec du vernis. Mais il n'y a pas d'entre deux.  Le vernis qui date de la dernière fois qu'il a fait beau (il y a donc longtemps), on veut pas le voir. Pas du tout. Et si on a la flemme, pas le temps, pas le dissolvant, alors on transpire dans des chaussures fermées, tant pis.

Les bretelles
De soutien-gorge. Quand on met un bustier ou un top échancré au niveau des épaules, on ne montre pas ses bretelles de soutien-gorge. On met un soutien-gorge sans bretelles. Et si on veut pas parce qu'on n'aime pas, eh ben on met des tops à manches. Ou pas de soutien-gorge. Mais vos bretelles, c'est comme vos poils, personne ne veut les voir.

Sur ce, à vos éventails, il va faire chaud aujourd'hui.

Fini l’attente debout, voici les chaises autonomes

Le constructeur automobile japonais Nissan a prêté sa technologie ProPILOT pour fabriquer des chaises autonomes capables de se déplacer toute seule. L’objectif : éliminer l’ennui et la fatigue liées à l’attente debout. Un restaurant, une longue file de clients qui patientent sagement devant : la scène est courante à Tokyo, sauf que là ils sont assis sur des chaises qui se déplacent toutes seules. Les chaises utilisent des caméras embarquées associées à un logiciel d'analyse pour détecter la présence du siège les précédant et lui emboîter le pas selon un tracé prédéfini, une technologie similaire au système ProPILOT présent dans certains véhicules du groupe japonais Nissan. via GIPHY Le but de l'engin: «éliminer l'ennui et la fatigue d'attendre debout», explique le constructeur d'automobiles Nissan dans un communiqué accompagné d'une vidéo montrant des clients transportés le long d'un trottoir ou devant les toiles d'un musée. Les chaises autonomes pourront être testées dès 2017 Cette innovation de Nissan, censée promouvoir les atouts de la conduite autonome, pourra être testée dès 2017 en grandeur nature dans des restaurants au Japon, sélectionnés parmi ceux qui auront manifesté leur intérêt. A lire : Demain, la voiture offrira l’électricité du quotidien Le partenaire du groupe français Renault avait diffusé en début d'année une autre vidéo de ce type, qui mettait en scène des chaises se rangeant d'elles-mêmes dans un bureau sur un simple claquement de mains pour illustrer l'aide au stationnement, de plus en plus répandue dans les voitures actuelles. Lire la suite sur ParisMatch.com

Liberté, égalité, fraternité et bien être

Marco et Isabelle Pacchioni avancent dans le monde sans être très éloignés de ces quatre mots clefs qui imposent indiscutablement une philosophie.  Avec leur Laboratoire Puressentiel, dans lequel l’aromathérapie dont ils sont des experts a trouvé ses lettres de noblesse grâce à des huiles essentielles, ils font de l’essentiel un miracle qui provient de la nature aussi cultivée que choyée.     Liberté, égalité, fraternité et bien être, Puressentiel laisse entendre à chaque pulvérisation des essences de ses gammes ce refrain en 4 temps. Il suffit de voir le sourire heureux et apaisé des utilisateurs fans de leurs solutions ou la liste des leaders d’opinion prescripteurs de leurs recommandations pour comprendre la passion et la sincérité  qui les animent. Marco et Isabelle Pacchioni avec leurs enfants ont créé une grande famille qui ne se limite à aucune frontière. La famille  Puressentiel  est un monde qui sait être à la fois responsable et solidaire. La recherche du bien être pour tous qui est la leur résonne comme un message de paix. Les huiles essentielles ont aussi ce pouvoir de fédérer toutes les cultures et de rapprocher les continents ainsi que leurs habitants. Et même les sportifs de hauts niveaux qui s’engagent sur le terrain des matchs avec des ballons aux formes différentes. Pour illustrer cette image symbolique  d’une harmonie absolue, Puressentiel vient de réunir dans un même espace Jonny Wilkinson, le surdoué du ballon ovale, et Tony  Parker, l’as des as du ballon rond. Inspirés par l’espoir et déterminés  dans la compétition, les deux talents du rugby et du basket ont confirmé leur attachement à ce qui fait du bien à l’Homme en rejoignant les ambassadeurs de Puressentiel.  En pensant aux rôles de ces ambassadeurs, finalement nous le sommes tous un peu aussi si l’on réfléchit à ce... Lire la suite sur ParisMatch.com