Vie nocturne : Où sortir en Grande-Bretagne ?

Yahoo! Contributor
Visit Britain

Rite incontournable, l'after work drink peut se poursuivre jusqu'au bout de la nuit. Entre collègues ou avec des amis, les Londoniens n'ont pas leur pareil pour cultiver l'art des soirées festives. Tour d'horizon de quelques-unes des « best places to be » avec Jean-Rémi Baudot, auteur de « Londres, l'essentiel » paru l'an dernier aux éditions Nomades.

Fitzroy Tavern : Le plus typique

« Il existe deux critères pour choisir un pub à Londres : sa carte des bières -il faut qu'elle soit la plus fournie possible- et son histoire. Remplissant ces deux conditions, la Fitzroy Tavern est une adresse incontournable » introduit Jean-Rémi Baudot qui raconte que Georges Orwell était un habitué des lieux. Dans ce pub typiquement londonien, les clients ne viennent pas pour écouter de la musique tapageuse mais pour discuter autour d'une bonne bière et picorer quelques chips. Qualifié d'établissement au charme désuet par l'auteur de « Londres, L'essentiel », le pub propose chaque mercredi à 20 heures des spectacles de « Comedy » au sous-sol. Un rendez-vous à ne pas manquer.

16 Charlotte Street, W1T 2LY

Métro : Googde Street, Tottenham Court Road

The Vibe Bar : Le plus branché

A mi chemin entre le pub et le club, le Vibe Bar est sans doute l'adresse la plus branchée de Londres. « On y vient pour la soirée ou juste pour boire un verre avant de rejoindre une autre boîte de Brick Lane, l'une des rue les plus cool de la capitale » informe Jean-Rémi. Les musiciens en mal de public peuvent se produire sur scène chaque lundi dans le cadre de l' « Open Mic Monday » (inscription sur le site Web). Les autres soirs, place aux DJ ! « L'été, la cour se transforme en vaste barbecue. C'est également ici qu'ont lieu, en septembre, certains concerts du Brick Lane Music Festival » termine notre interlocuteur.

91-95 Brick Lane, E1 6QL,

Métro : Shoreditch High Street Station, Aldgate East Station

Ministry of sound : Le plus incontournable

Acteur majeur de la scène house, le MoS est un lieu de quasi pèlerinage pour tout clubber qui se respecte. « Avec ses quatre bars, ses quatre dancefloors, ses espaces VIP et son incroyable installation sonore et lumineuse, ce club est une gigantesque boîte de nuit où l'on vient danser jusqu'au petit matin » illustre notre interlocuteur. Et celui-ci de conseiller de réserver son entrée sur Internet pour éviter de passer une partie de la nuit à attendre dans la file…

103 Gaunt Street, SE1 6DP

Métro : Elephant & Castle

Café Bohème : Le plus Frenchy

Enfin, si le mal du pays vous guette ou que vous avez une méchante envie de déguster un bon verre de vin bien de chez nous avant d'aller faire la fête, rendez-vous au Café Bohème. A la carte : Merlot du Languedoc, côtes-du-rhône, Touraine,… « J'aime cet établissement qui joue le thème de Paris sans tomber dans le cliché Amélie Poulain » conclut notre guide.

13 Old Compton Street, W1D 5JQ

Tél. 020 7734 0623

Métro : Tottenham Court Road, Leicester Square

Sandra Franrenet

La nouvelle Ceramica, montre icône de Rado

Dans les années 80, Rado fut le premier horloger de l’histoire à utiliser la céramique. Une folie pour l’époque dont l’histoire continue avec la présentation de nouvelles montres Ceramica dessinées en collaboration avec le designer industriel Konstantin Grcic. Nouvelle interprétation de la célèbre montre Rado Ceramica, icône minimaliste à la forme linéaire qui se renouvelle donc aujourd’hui grâce à la plume du designer industriel Konstantin Grcic. Mondialement connu, il a dessiné en effet des meubles, luminaires, accessoires et articles de maison pour de grandes marques. Bon nombre de ses créations ont été récompensées par de prestigieux prix internationaux. Toujours en céramique haute technologie, les Ceramica de Konstantin Grcic conservent la forme rectangulaire d’origine et présentent un boîtier monobloc aux bords légèrement incurvés et un bracelet intégré. A lire aussi : Le noir, nouveau chic de l'horlogerie Parmi les onze références inédites, deux modèles pour hommes sont lancés en version céramique mate noire. A quartz, éditées toutes les deux en séries limitées à 710 exemplaires, elles se diffèrent au travers du cadran noir. Au choix, deux typographies distinctes… «  Je voulais des cadrans audacieux et clairs. Je me suis inspiré des montres de pilotes que j’apprécie particulièrement pour leur simplicité et leur graphisme soigné ». Retrouvez plus de montres sur le compte Instagram de Hervé Borne Lire la suite sur ParisMatch.com