Bien dormir pour performer à l’école

Est-ce que vous vous battez pour mettre votre plus jeune au lit les soirs de semaine ? Est-ce que vous tenez à le coucher à une heure précise ? Est-ce que vous essayez de suivre un horaire jour après jour ? Eh bien, ne lâchez pas, vous avez raison de le faire.

C’est du moins ce qui ressort d’une étude récente réalisée par des chercheurs de l'Université McGill et de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas. Ceux-ci ont étudié les habitudes de sommeil de 75 enfants âgés de 7 à 11 ans. Ils ont découvert une corrélation entre une nuit de sommeil « efficace » et une meilleure performance scolaire dans des matières comme les mathématiques et les langues. Par le passé, de nombreuses études ont démontré le lien entre les bonnes nuits et les notes à l’école mais cette fois, les experts ont révélé que les matières phares sont particulièrement influencées.

L’efficacité du sommeil ne veut pas dire le nombre d’heures passées à dormir : il s’agit plutôt d’un indicateur entre le temps passé au lit dans un environnement favorable au sommeil et le sommeil en tant que tel. Autrement dit, un enfant mis au lit à 20h qui se lève et se relève, réclame un verre d’eau, un toutou, un pipi, et qui s’endort finalement vers 22h, n’a pas un sommeil efficace.

Selon Reut Gruber, la pédopsychologue qui a dirigé l’étude, les mauvais résultats scolaires sont un problème courant et sérieux qui touche de 10 à 20 % des enfants de la population. « Un sommeil de courte durée ou de mauvaise qualité est un important facteur de risque de mauvaise réussite scolaire souvent ignoré », explique-t-elle dans ses conclusions.

Que faire, en tant que parents, pour s’assurer que son enfant dorme mieux ? Tout est dans la routine. Evelyne Touchette, psychologue, conseille aux parents d’instaurer dès que possible une « routine enveloppante, chaleureuse et sécurisante » dans un article du Québec Science. Cela veut dire poser toujours les mêmes gestes (bain, lecture, dodo), environ aux mêmes heures, surtout quand l’enfant est d’âge préscolaire. L’habitude est ainsi prise pour la suite.

Le temps d’écran devrait aussi être limité avant le coucher, dans l’heure précédente au minimum, selon la Société canadienne de pédiatrie (SCP).

Et si vous avez, comme moi, des oiseaux matinaux, ne perdez pas de vue le nombre d’heures de sommeil nécessaires selon l’âge de votre enfant, soit 14 heures pour les 6 mois à un an ; 10 à 13 heures pour les enfants de 1 à 3 ans et 10 à 12 heures pour les 3 à 10 ans (selon la SCP).

À lire pour aller plus loin :
L’étude complète sur le sommeil et la performance scolaire
Mieux dormir pour contrer le TDAH
10 conseils de deux expertes du sommeil chez les tout-petits

Suivez-moi sur Facebook
Suivez-moi sur Twitter

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles