Les 10 phrases que les parents d’enfants handicapés n’en peuvent plus d’entendre

Il y a six mois, je publiais ici dix phrases que tout parent de jeunes enfants sont las d’entendre. Une lectrice, Lisa Bolduc, maman d’un garçon de 7 ans déficient intellectuellement, a lu ce billet et m’a fait part, la semaine dernière, de sa propre liste : il s’agit de son palmarès personnel des phrases qu’elle est tannée de se faire dire.

Tous les parents d’enfants limités physiquement ou intellectuellement vont se reconnaître…
« Souvent, ces phrases se veulent des encouragements, me dit-elle. Mais elles dénotent plutôt une incompréhension qui finit par nous faire sentir encore plus seuls ».

Voici le palmarès de Lisa ainsi que ses commentaires personnels : ils nous rappellent que la dernière chose à faire sentir aux parents d’enfants handicapés, c’est de la pitié.
Merci, Lisa !

1. « Je vous comprends. »

Non. Ce n'est pas parce que votre petit dernier ne fait pas ses nuits depuis 2 ans que vous comprenez. Votre situation n’a rien à voir avec la nôtre. Un exemple ? Depuis sept ans, lorsque notre enfant se réveille après 5 heures du matin, nous sommes contents. Ne comparez pas votre expérience parentale à la nôtre s’il-vous-plaît.

2. « Si on pouvait, on vous aiderait. »

Quand on veut vraiment aider, on trouve la façon de le faire. Je suis moi-même impliquée dans des organismes communautaires et croyez-moi, j'aurais toutes les raisons de dire que je ne peux pas aider les autres.

3. « Vous êtes chanceux d'avoir une passe de stationnement pour handicapé. »
Ou dans la même veine : « Vous êtes chanceux d'avoir une place dans une garderie » (parmi les garderies qui réservent une ou deux places à des enfants handicapés).

Mettons quelque chose au clair : nous apprécions les mesures qui existent dans notre société pour nous faciliter la vie mais nous changerions volontiers de place avec vous. Imaginez-vous donc que j’aimerais que mon garçon soit capable de dire « maman » et « papa », même si cela voudrait dire garer ma voiture plus loin au centre commercial…

4. « Qu'est ce qui s'est passé durant la grossesse pour qu'il soit handicapé ? »

La réponse qui me brûle les lèvres : « Bien non, je n'ai pas mangé de sushis, ni de fromages au lait cru, je n’ai pas bu d'alcool, ni fumé de cigarettes ! Et en passant, même si je l’avais fait, cela n’a AUCUN rapport !

5. « Ne vous stressez pas avec le futur. »

Ah bon ? Vous savez ça, vous ? Dites-moi qui s’occupera de mon fils, qui saura décoder ses sons et gestes pour répondre à ses besoins, qui se laissera pincer et réveiller en pleine nuit ? Et qui fera tout ça gratuitement ?! Nous sommes lucides. Voilà pourquoi on travaille fort, depuis des années, pour l’aider à progresser et mettre des sous de côté.

6. « Ne dites pas que votre enfant est handicapé; dites qu'il est différent. »

Le mot « handicapé » ne doit pas être tabou. Et puis, ne vous en faites pas : nous nous sentons différents à toute heure de la journée. Inutile, en plus, d’accoler le mot à mon garçon.

7. « Ne vous en faites pas, il va marcher/parler/être propre cet enfant-là ! »

Nous faisons des milliers d’heures de thérapies, de rendez-vous, d’exercices et de stimulations pour aider notre garçon à acquérir ces compétences. Et vous croyez qu’elles viendront « naturellement » ? Ne me dites pas que les médecins se trompent et qu’on fait tout cela pour rien…

8. « Ce n'est pas de notre faute. C’est à cause du système si on ne peut pas vous donner de services. »

Aucun commentaire.

9. « Avez-vous essayé de (insérez ici un conseil quelconque) ? »

Je vous le jure et vous le promets : nous avons tout essayé. Notre enfant ne « guérira » pas. Il faut prendre notre enfant comme il est.

10. « La vie vous envoie les épreuves que vous êtes capables de surmonter. »


Qu’est-ce que cela veut dire, au juste ? Est-ce supposé nous encourager ? Nous remonter le moral ? Cela me semble plutôt une façon pour les gens de se déculpabiliser.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles