Bonheur et épanouissement au travail ne seraient pas compatibles, selon une étude

Doit-on vraiment être ami·e avec ses collègues ? Peut-on être épanoui·e sans prendre part à chaque afterwork ni à chaque pause ragots à la machine à café ? Puisqu’on devra désormais toustes travailler en moyenne jusqu’à 64 ans, autant s’y sentir bien. Pourtant, de nombreuses nouvelles tendances font leur apparition chaque jour, qui traduisent le ras-le-bol général, qui concerne les employé·es du monde entier : louq-quitting, quiet-quitting, marre-de-travailling… Pour tenter d’éviter le burn-out, on recherche toustes l’épanouissement dans notre travail. Mais est-ce vraiment quelque chose qu’on devrait souhaiter ?

La multiplication de ces tendances serait le reflet d’un mal-être commun à tous·tes, selon le docteur Jonathan Lord, professeur en management des ressources humaines à l’université de Salford Business School, près de Manchester (Royaume-Uni), rapporte Stylist. “La satisfaction professionnelle est beaucoup plus ressentie de façon historique chez les employé·es les plus jeunes, explique-t-il. Mais depuis la fin du Covid, les choses ont changé.”

Sur le même sujet ⋙ Vous êtes constamment épuisé ? Testez les "quiet week-ends", la nouvelle solution pour lutter contre le burn-outQu’est-ce que le stress empathique, ce comportement inconscient qui nous affecte tous ?

En France, 4 personnes sur 10 se disent incapables de travailler jusqu’à leur retraite. Le taux de burn-out a également augmenté depuis 2020 et le confinement, avec 2 millions de personnes qui seraient concernées. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Règles, MST... une loi pourrait bientôt empêcher les jeunes filles de parler de santé sexuelle en Floride
Travail : ces 4 types de compétences seront les plus recherchées par les recruteurs en 2025
Travail : 8 red flags qui devraient vous alerter pendant un entretien d’embauche
Près d’un tiers des Français croient aux OVNI, selon une étude, en faites-vous partie ?
1 femme scientifique sur 2 affirme avoir été victime de harcèlement sexuel sur son lieu de travail