Bonnie Tyler : le rock made in pays de Galles

Famille nombreuse, famille heureuse

Le 8 juin 1951, c’est dans le village de Skewen, situé dans le sud du pays de Galles, à 7 kilomètres de Swansea, que voit le jour Gaynor Hopkins. Celle que l’on connaîtra plus tard sous le nom de Bonnie Tyler. Rien ne prédestinait la jeune fille à devenir une star internationale. Son père est mineur et sa mère élève ses six enfants dans un logement social, une petite maison dotée d’un grand jardin. Pour cette famille très religieuse, les valeurs protestantes sont omniprésentes, et le dimanche, Gaynor et les siens assistent à trois messes ! C’est d’ailleurs dans une chapelle que la petite fille chantera pour la première fois, en public, un hymne anglican.

La voix du succès

Ayant quitté l’école très tôt, Gaynor se produit à partir de 1967 dans des pubs gallois avec son groupe, Mumbles. A 22 ans, la jeune femme épouse son fiancé Robert, avec lequel elle forme toujours un couple uni. En 1976, elle signe un contrat avec RCA Records (le label des débuts de Bowie) et se fait désormais appeler Bonnie Tyler. Le succès arrive vite : le single Lost in France (1976) fait son entrée dans les charts britanniques, avant de traverser la Manche et de toucher le public européen. L’année suivante, la chanteuse subit une opération des cordes vocales qui accentue le côté rauque de sa voix. Elle gagne alors le surnom de « Rod Stewart féminine » ! Sa conquête des hit-parades se poursuit avec It’s a Heartache (1977) qui séduit le public des deux côtés de l’Atlantique, et Total Eclipse Of The Heart (1983), numéro un au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Titre qu’elle reprendra en 2004 sous forme de duo français/anglais avec Kareen Anton, Si demain (Turn Around). Un triomphe ! Plus de deux millions d’exemplaires vendus dans le monde.

Fidèle à ses racines

Fortune faite, Bonnie Tyler offre une maison à ses parents et acquiert avec son mari une splendide demeure à Mumbles, cité balnéaire huppée de la baie de Swansea. Dans les années 1990, elle enchaîne albums et tournées,

(...) Cliquez ici pour voir la suite