Botanique, lapins et cheveux blancs : d'où vient l'expression "se faire du mouron" ?

·1 min de lecture

Chaque jour dans "Historiquement vôtre", Stéphane Bern part à la découverte des expressions que l'on utilise au quotidien sans forcément bien les connaître. Lundi, il a expliqué l’origine de se faire du mouron". Une expression un peu datée et pour cause : il faut remonter au 18ème siècle pour en trouver les premières traces. Aujourd'hui, elle est utilisée pour exprimer son inquiétude.

Quand une personne de son entourage est inquiète, quand elle se fait du souci, du mauvais sang, de la bile, on peut tenter de la rassurer en lui disant "Allez, ne te fais pas de mouron". Une expression qui date du 18ème siècle. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Le "mouron" est en réalité une petite plante sauvage que l’on trouve en Europe et particulièrement en France.  

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern en replay et en podcast ici

Cheveux et poils blancs

L'aspect du mouron est original car ses feuilles sont touffues avec des petits poils blancs sur les bords. Les cuniculteurs se méfiaient d'ailleurs du mouron, la plante étant un poison pour les lapins de clapier. Assez naturellement, le lien s’est donc fait entre cette végétation et la bonne santé capillaire : comme les gens anxieux avaient tendance à se faire des cheveux blancs, on a rapidement dit se "se faire du mouron", en référence aux poils blancs des feuilles. On a ensuite dit plus simplement "se faire des cheveux blancs", c’était beaucoup plus simple pour tout le monde.

...
Lire la suite sur Europe1