Bourrelet, ménopause… 5 infos étonnantes à connaître sur le gras

Le tissu adipeux est un organe à part entière

Le tissu adipeux, une simple accumulation de graisse ? Non, c’est un organe à part entière ! Et pour cause : il remplit de nombreuses fonctions physiologiques. C’est d’ailleurs le seul organe qui peut se développer autant : il est composé de 25 milliards d’adipocytes - les cellules de stockage de la graisse - et peut multiplier son volume par 15 lorsque l’on prend du poids.

Un phénomène qui s’explique par sa capacité à recruter d'autres cellules et à les transformer en adipocytes. Ce recrutement a principalement lieu pendant l’enfance et la puberté, la grossesse et l’allaitement, en cas d’obésité, mais aussi en cas de prise de traitements hormonaux.

Vous avez grossi, puis perdu du poids ? Sachez que le nombre d’adipocytes ne régresse jamais : seul leur volume diminue !

Le gras joue plusieurs rôles essentiels sur notre santé

Le gras est essentiel, car il remplit de nombreuses fonctions physiologiques. Il stocke l’énergie et a la possibilité d’emmagasiner jusqu’à 8.000 calories. Une quantité suffisante au corps humain pour tenir environ 40 jours sans manger !

Mais ce n’est pas tout : le tissu adipeux permet également de synthétiser les hormones sexuelles, de stocker les polluants, de réguler le comportement alimentaire ou encore de communiquer avec les autres organes.

Il existe du "bon gras" et du "mauvais gras"

La graisse sous-cutanée, celle du bourrelet par exemple, n'est pas dangereuse pour la santé. Elle est même considérée comme une protection, car elle permet de stocker les lipides. Le bourrelet constitue donc une réserve d’énergie notamment utilisée pendant la grossesse et l’allaitement. Cette graisse sous-cutanée est cependant difficile à éliminer.

La graisse profonde, quant à elle, est considérée comme du mauvais gras. C’est celle que l’on retrouve notamment sur les ventres durs. On l’appelle également graisse "périviscérale", car elle s’installe en profondeur, autour des organes et peut altérer leur fonctionnement. Résultat

(...) Cliquez ici pour voir la suite