Une boutique très coquine ouvre à Bordeaux… Et elle peut être privatisée gratuitement !

·1 min de lecture

Un nouveau love shop Passage du Désir ouvre à Bordeaux, en plein centre-ville. Comme les autres boutiques de Paris, Nantes et Lille, il est possible de la privatiser gratuitement pour une expérience très intime !

Les love shop ont le vent en poupe. Portés par le succès des sex-toys, qu’un Français sur deux à déjà utilisés, contre seulement 7 % en 1992*, ces boutiques érotiques s’invitent aujourd’hui au beau milieu des centres-villes. Oubliés, les sex shop lugubres où il était franchement intimidant de se glisser derrière les rideaux rouges. Les vibromasseurs, boules de geisha et autres accessoires gentiment BDSM s’affichent désormais en vitrine, dans des enseignes lumineuses et glamour. Et bien qu’Internet soit toujours le premier canal d’achat pour les sex-toys (61 % des Français se les procurent sur le web), 27 % des habitants de l’Hexagone se tournent vers les commerces physiques pour faire leurs achats érotiques**. Bonne nouvelle pour les afficionados de jouets pour adultes, dont les ventes ont explosé pendant les confinements, une nouvelle boutique Passage du Désir ouvre à Bordeaux, en plein cœur de la rue Sainte-Catherine !

A découvrir également : Voici les endroits étonnants où les Français cachent leurs sex-toys à la maison

Privatiser un love shop pendant 30 minutes, c’est possible !

Et que les plus timides se rassurent. Tout comme les magasins de Paris, Lille, Marseille et Nantes, le Passage du Désir de Bordeaux est entièrement privatisable pendant 30 minutes. Pour s’offrir cette expérience de shopping très privée, nul besoin de vider sa bourse : la réservation est entièrement gratuite, sans aucun minimum...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles