Bouton sur le pénis : quelles sont les différentes causes possibles ?

Bouton sur le pénis : ce qui n'est pas grave

Première info : avoir un (ou des) boutons sur le pénis, ce n'est pas forcément grave et ça n'a rien de rare. " C'est même un motif de consultation masculin assez courant chez le médecin dermatologue " affirme le Dr. Isabelle Gallay, médecin dermatologue. Au rayon des boutons intimes et masculins bénins, on peut citer :

Les grains de Fordyce

Présents sur le prépuce ou le fourreau de la verge, les grains de Fordyce sont semblables à des " grains de blé " en relief et en longueur, de couleur blanche. Bénins, ils correspondent à de petites glandes sébacées, et " peuvent être enlevés au laser s'ils constituent une gène esthétique pour l'homme " précise le Dr. Gallay.

La couronne perlée

Derrière ce nom mystérieux se cache une série de petits boutons blancs-rosés en relief qui entourent la base du gland – comme une couronne, sur une ou plusieurs rangées. La " couronne perlée " résulte d'un hyper-développement de certaines glandes du pénis : elle est bénigne. " En cas de gène esthétique, la couronne perlée peut être " lissée " au laser " rappelle le Dr. Gallay.

Bouton sur le pénis : les infections sexuellement transmissibles (IST)Le papillomavirus

Le papillomavirus (HPV) est " la " cause infectieuse la plus fréquente en cas de boutons sur le pénis. On parle de condylomes : concrètement, on observe des élevures sur le gland, le prépuce ou le fourreau. Il peut être question d’excroissances molles – connues sous le nom de " crêtes de coq " - de plaques ou de taches, rosées ou brunâtres.

Que faut-il faire ? Un rendez-vous chez le médecin dermatologue s'impose : le docteur prescrira des traitements locaux (crèmes) destinés à soutenir le système immunitaire et à déclencher la destruction de ces lésions. Parfois un traitement par laser (sous anesthésie locale) est nécessaire si l'infection est vraiment étendue.

Attention : pendant toute la durée du traitement, les rapports sexuels devront être protégés (par préservatif) et les partenaires

(...) Cliquez ici pour voir la suite