Boutons sur la langue : d’où viennent-ils et comment s’en débarrasser ?

Boutons sur la langue : les causes inflammatoires Les traumatismes directs

Tomates, gruyère, cornichons... " Chez certaines personnes, certains aliments peuvent entraîner un gonflement des papilles " explique le Dr. Isabelle Gallay, médecin dermatologue. Résultat : la langue se couvre de petits boutons blancs, semblables à des " pics ", avec une sensation " râpeuse ".

Que peut-on faire ? " C'est un mécanisme inflammatoire bénin : en général, la langue retrouve son aspect normal au bout de quelques minutes, maximum au bout d'une journée " affirme le médecin. Pas besoin de s'inquiéter !

Les allergies

Lorsque le système immunitaire fait du zèle et déclenche ses défenses face à un élément a priori inoffensif, c'est l'allergie. " Les personnes qui souffrent d'une allergie alimentaire (aux arachides, aux fruits de mer, aux noix...) peuvent voir enfler leurs papilles lorsqu'ils consomment l'aliment en question : la langue se couvre de petits boutons blancs, semblables à des " pics ". La réaction allergique dure plusieurs heures / plusieurs jours et elle récidive à chaque fois qu'on consomme l'aliment à nouveau. "

Attention ! Un gonflement excessif de la langue après consommation d'un aliment (noix de cajou, crevettes... par exemple) doit conduire au service des Urgences – il peut être question d'un œdème de Quincke et une gène respiratoire grave peut s'installer.

Que peut-on faire ? Un bilan allergologique auprès d'un médecin allergologue est recommandé. À savoir : les allergies responsables de boutons sur la langue ne sont pas toutes alimentaires – pensez aussi au dentifrice !

Le psoriasis

Non, le psoriasis n'est pas uniquement une maladie de la peau ! " On peut aussi souffrir de psoriasis au niveau de la langue : on observe alors une tache rouge/blanche qui progresse " explique le Dr. Gallay.

Que peut-on faire ? Un suivi auprès d'un médecin dermatologue est indispensable : le spécialiste pourra notamment prescrire des pastilles à la cortisone (anti-inflammatoires locaux) à

(...) Cliquez ici pour voir la suite