"Boyard Land" : froid, pluie, maladie… une star anonyme balance sur les difficultés du tournage

Amateurs de sensations fortes, branchez-vous sur France 2, ce samedi 21 décembre, aux alentours de 21h. Car Boyard Land, le nouveau divertissement de la chaîne, promet son lot d'adrénaline selon les témoignages de plusieurs personnalités, amenées à visiter ce parc d'attractions fictif, construit dans l'Oise. Leur courage et leur bravoure ont en effet été mis à rude épreuve lors d'épreuves inspirées des classiques de la fête foraine. La dimension féérique et magique du lieu, la ribambelle de personnages amusants ont rapidement laissé place aux conditions extrêmes de tournage. De quoi séduire et divertir un public familial, beaucoup moins les candidats contraints de se débrouiller avec les éléments de Dame Nature. Sols humides et boueux, températures proches de zéro, sessions nocturnes, rien ne leur aura été épargné, selon une journaliste de TvMag présente sur place.

⋙ Fort Boyard (France 2) : la production découvre la tricherie d'un candidat

Bruno Guillon fut l'une des premières victimes de ce show, au demeurant si accueillant. "J’étais dans l’équipe qui a essuyé les plâtres et physiquement, c’était extrêmement éprouvant. Pour la première fois de ma vie à la télé, j’ai fait un malaise", a-t-il révélé au Buzz TV. Les pompiers sont même intervenus alors que des épreuves aquatiques ont terrorisé certains compétiteurs. "C’était horrible, ils nous ont fait plonger dans l’Oise alors qu’il faisait à peine 10 degrés", raconte ainsi une participante, sous couverte d'anonymat, et malade le lendemain de sa participation. Les équipes d'ALP avaient néanmoins prévu le coup puisque des tentes chauffées ont été montées pour abriter les courageux entre deux jeux. "La production a été extra. On a été chouchouté. Entre les prises, on nous donnait des plaids et des pilou-pilou", a précisé Christelle Cholet, présente dans le premier numéro. De quoi replonger dans l'enfer de Boyard Land ? Tout le monde serait partant, mais plutôt l'été... Intrépides mais pas totalement fous.

A lire aussi : Denis

(...) Cliquez ici pour voir la suite