Le bracelet antidouleur

·1 min de lecture

Une start-up grenobloise, Remedee Labs, a mis au point un dispositif permettant de soulager les douleurs chroniques sans recourir aux antalgiques. En intimant au cerveau, grâce à des ondes millimétriques, de libérer des endorphines.

Arthrose, migraine ou fibromyalgie sont autant de pathologies qui riment avec douleur, et sont pour certaines de véritables handicaps au quotidien. Nécessitant parfois des traitements lourds, quand ils marchent. Le principe du bracelet Remedee est simple : grâce à 4 puces de 2 cm2 émettant des rayonnements électromagnétiques de faible puissance, le dispositif permet de stimuler les terminaisons nerveuses du poignet. Trente minutes plus tard, le Remedee déclenche un mécanisme de réponse naturelle du corps : la sécrétion des endorphines permettant à l’utilisateur de bénéficier d’effets naturellement apaisants. « Les endorphines sont connues pour leur capacité analgésique et agissent comme un antidouleur. Mais elles vont avoir également un effet dit “parasympathique” sur l’organisme, qui va contribuer à limiter le stress, ou favoriser l’endormissement», détaille David Crouzier, cofondateur et directeur général, chargé de la recherche scientifique et médicale de Remedee Labs.

"

Les effets d’une session de trente minutes sont ressentis pendant plusieurs heures

"

La solution repose sur Meet (Microelectronic Endorphin Trigger), premier module breveté d’émission d’ondes millimétriques miniaturisé. Intégré dans le bracelet et positionné à l’intérieur du poignet, il émet un signal de très haute fréquence, à 60 GHz, stimulant les récepteurs sous-cutanés (0,5 mm au-dessous de la peau). En réponse à cette stimulation nerveuse indolore, le cerveau libère des endorphines intracérébrales qui soulagent rapidement la douleur. En outre, les effets d’une session de trente minutes sont ressentis pendant plusieurs heures. Et elles peuvent être répétées deux à cinq fois chaque jour.

Quand(...)


Lire la suite sur Paris Match