Brigitte Macron : accusée d'être "l'avocate de la CFDT", sa fille Tiphaine Auzière répond et s'explique

C’est ce que l’on appelle une fake news. Alors que la grève liée à la réforme des retraites se poursuit, une polémique vient entourer l’entourage du président de la République… et plus particulièrement sa belle-fille, Tiphaine Auzière. Depuis début janvier, la fille de la Première dame Brigitte Macron est accusée par certains internautes de conflit d’intérêt. Et pour cause : une rumeur prétend qu’elle serait l’avocate ou la défenseuse syndical de la Confédération française démocratique du travail, plus connue sous le nom de CFDT. Pour propager la rumeur (intentionnellement ou pas), les internautes se basent sur une fiche du site Grands Avocats qui présente Tiphaine Auzière : “Avocate généraliste, spécialisée en conseil et contentieux pour le cabinet Opal’Juris aux côtés de Stanislas Duhamel, Tiphaine Auzière est également défenseur syndical à la CFDT. Elle ouvre son propre cabinet à Etaples en mars 2017” peut-on lire. Alors, info ou intox ?

Intox. C’est ce que révèle Checknews (Libération) dimanche 12 janvier 2020. “Certains commentateurs ont déduit de ce passage que la belle-fille du Président était avocate de la CFDT, ce qui est une confusion”, expliquent ainsi nos confrères. “Les défenseurs syndicaux sont en fait des salariés qui représentent d’autres salariés (ou l’employeur) aux prud’hommes. Ce ne sont pas des avocats. Tiphaine Auzière, elle, est avocate [...] Elle ne figure d’ailleurs pas sur la liste publique des défenseurs syndicaux des Hauts-de-France.” Mais alors, d’où vient la confusion ? “Si elle a bien été défenseur syndical, c’était il y a une dizaine d’années, comme l’indiquait le site le Monde du droit.”

⋙ Tiphaine Auzière raconte l'ambiance parfois électrique des repas de famille chez les Macron

C’est ainsi “dans le cadre de ses études”, alors qu’elle n’était encore qu’élève-avocate dans la Capitale, que Tiphaine Auzière a exercé comme défenseuse syndicale auprès de la CFDT. “Ce passage chez le syndicat réformiste est d’ailleurs signalé sur son profil

(...) Cliquez ici pour voir la suite